Actualité web & High tech sur Usine Digitale

IBM France supprime 360 postes dans les services

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le groupe informatique IBM lance un plan social de 360 postes. Les suppressions d’emplois concernent l’une de ses entités de services, durement affectée par la migration vers le cloud et la concurrence de l’offshore.

IBM France supprime 360 postes dans les services
IBM France supprime 360 postes dans les services © Kansir - Flickr - C.C

Encore un plan social chez IBM France. Il a été annoncé ce 23 mars 2016 au comité central d’entreprise par la direction. Il vise la suppression de 360 postes sur un effectif total d’environ 8000 personnes en incluant les collaborateurs à statut spécial.

 

3 plans sociaux déjà mis en place depuis 2013

Depuis 2013, IBM France a mis en place trois plans sociaux, le dernier en 2015 ayant porté sur 250 postes. "Ces plans ont concerné l’entreprise dans son ensemble, rappelle Christian Bervégliéri, secrétaire du Comité central d’entreprise. Cette fois-ci, c’est différent. Le plan ne touche que GTS, l’une des entités services du groupe."

 

GTS (Global Technology Services) forme l’entité services d’IBM autour des matériels (serveurs, mainframes, etc.) et logiciels dans les entreprises clientes. Elle emploie en France près de 1700 personnes. Le nouveau plan social vise donc 21% de cet effectif.

 

Départs volontaires ou reclassement

La direction justifie le projet par l’accélération de la migration du marché vers le cloud comptuting, qui réduit le recours aux services autour des machines et logiciels, ainsi que par la montée de la concurrence des services offshore basés dans des pays à bas coût de main d’œuvre, comme l’Inde, l’Europe de l’Est ou le Maghreb. "Chez les concurrents, l’objectif est de pousser l’offshore jusqu’à 80% des effectifs dans les services, constate Christian Bervégliéri. Chez IBM France, on est encore loin, très loin de ce taux."

 

Les élus restent sur leur garde même si la direction promet de traiter le problème, autant que faire possible, par des départs volontaires et du reclassement. "L’expérience des plans précédents montre que cette voie a des limites", note l’élu du personnel, qui craint des départs forcés.

 

D'autres plans sociaux à venir d'ici 2017

IBM France n’aura pas fini de compresser ses effectifs. Selon l’accord triennal Gpec (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), il y aurait au total près de 1000 postes à supprimer entre 2015 et 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale