Actualité web & High tech sur Usine Digitale

IBM s’appuie sur le chinois Wanda pour booster son cloud public en Chine

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après le partenariat tissé en 2013 avec le chinois 21Vianet, IBM en conclut un autre avec Wanda Internet Technology Group. Objectif : donner un coup de fouet au développement de son cloud public en Chine.

IBM s’appuie sur le chinois Wanda pour booster son cloud public en Chine
Bluemix, l'une des composantes du cloud d'IBM

IBM ouvre InterConnect, son événement annuel qui réunit quelques 20 000 personnes à Las Vegas, aux Etats-Unis, du 19 au 23 mars 2017, sous le signe du cloud. Le groupe américain a conclu un partenariat avec le chinois Wanda Internet Technology Group en vue de la création d’une coentreprise de cloud public en Chine. L’accord a été signé le 19 mars 2017 à Pékin par Ginni Rometty, PDG d’IBM, et Wang Jianlin, président du conglomérat Wanda.

 

Datacenters de Wanda et technologies d'IBM

Les détails de l’accord ne sont pas connus. La coentreprise aura la mission de vendre des services de cloud d’infrastructure (IaaS pour infrastructure as a service) et de plateforme (PaaS pour Platform as a service) en Chine, via des datacenters de Wanda Internet Technology Group en s’appuyant sur des technologies d’IBM comme le moteur d’intelligence artificielle Watson, la plate-forme d’Internet des objets ou sa solution pour la mise en œuvre de la Blockchain. Les deux partenaires se partengeront les revenus.

 

Encore au stade des balbutiements, le cloud public en Chine est promis à un bel avenir. Selon le cabinet Bain & Company, le marché devrait bondir de 1,5 milliard de dollars en 2013 à 20 milliards de dollars en 2020. Mais les fournisseurs étrangers ne peuvent pas y opérer directement. Pour des raisons de sécurité, Pékin exige qu’il passent par des partenaires locaux. Ce que fait déjà IBM avec son partenaire chinois 21Vianet depuis 2013.

 

Forte concurrence d'acteurs locaux

Avec comme second partenaire Wanda Internet Technology Group, Big Blue espère donner un coup d’accélérateur à son cloud public en Chine. Un marché dominé aujourd’hui, selon IDC, par trois acteurs locaux (Alibaba, China Telecom et China Unicom) et où deux de ses grands concurrents américains, Amazon Web Services et Microsoft, se développent à grande allure grâce à des partenariats. Le premier avec 21Vianet et le second avec China Net Center.

 

Depuis le lancement par Pékin, en juillet 2015, de son plan « Internet + » visant à développer l’offre et l’usage du cloud dans le pays, le marché est en pleine effervescence. Parmi les acteurs déjà positionnés figurent des géants d’internet comme Alibaba, Baidu ou Tencent, des opérateurs télécoms comme China Telecom, China Unicom ou China Mobile, des équipementiers télécoms comme Huawei ou ZTE, et des pure players comme ChinaC, DaoCloud, QingCloud, UCloud ou UnitedStack.

 

IBM à la traine dans le cloud public

IBM a besoin du moteur chinois pour passer à la vitesse supérieure dans le cloud public. Car si Big Blue est troisième mondial sur le cloud d‘infrastructure et de plateforme avec 6% du marché selon Synergy Research, il doit sa position à sa forte présente dans le cloud privé et hybride où il est leader mondial. Il reste aussi loin derrière les deux leaders, Amazon Web Services et Microsoft, qui détiennent respectivements 30% et 11% du marché. Mais sur le segment du cloup public, il demeure à la traine, devancé non seulement par Amazon Web Services et Microsoft, mais aussi par Google. La Chine lui offre une chance de prendre sa revanche sur Google, toujours interdit en Chine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale