Usine Digitale

Identifiant numérique unique Idenum : NKM en a rêvé, Fleur Pellerin l’a fait

Par -

Identifiant numérique unique Idenum : NKM en a rêvé, Fleur Pellerin l’a fait © Brnzwngs - Flickr - C.C.

A lire sur le même sujet

Fleur Pellerin appelle la filière de cybersécurité à se restructurer

Cybersécurité : une identité numérique à la française

La société Idenum vient d’être créée par les groupes La Poste, SFR, Solocal Group et la Caisse des Dépôts. Elle dispose de 2 millions d’euros pour développer un label pour les identifiants numériques.

Pourquoi jeter une idée du précédent gouvernement si elle est bonne ? C’est la démarche qu’a eu Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique, concernant le projet Idenum. "A l’origine, le projet a été porté par une équipe de Nathalie Kosciusko-Morizet. Resté en veille active, il a été réveillé dans le cadre du Programme des investissements d’avenir et par les équipes de Fleur Pellerin. Elles ont trouvé que, finalement, ce projet est un bon projet et qu’il était dommage de pas aller jusqu’au bout", raconte Charles du Boullay, PDG d’ARkinéo, président de Fast et désormais aussi président d’Idenum, la nouvelle société créée pour porter ce projet. Elle a été lancée le 11 mars avec un capital de 1,5 millions d’euros détenu par Solocal Group (5%), le groupe La Poste, SFR et Euro Information - Crédit Mutuel?CIC - (chacun 21%) ainsi que la Caisse des Dépôts, au titre du Fonds national pour la société numérique (32%). 500 000 euros sont aussi portés au compte courant. De quoi tenir les 12 à 18 premiers mois, délai fixé pour mener les premiers pilotes.

Construire un label

L’objectif est n’est pas de créer des identifiants numériques mais un label qui certifiera que cet identifiant permet bien de récupérer des données qualifiées suffisantes pour s’identifier à un autre service. Un peu comme on le fait aujourd’hui avec Facebook, à part que l’identifiant de Facebook est faible (pas de garantie d’identité, pas de sécurité). Les identifiants labelisés Idenum seront sûrs. "Un Idenum pourrait par exemple être associé à une carte bancaire", imagine Charles du Boullay. Et servir ensuite de base pour s’inscrire à des services administratifs, de stockages de données, et même sur des réseaux sociaux, en récupérant les données utilisées pour le premier identifiant. L’idée étant de rendre les identifiants labélisé interopérables. "Mais comme on n’a pas forcément besoin partout du même niveau de sécurité, nous allons peut-être devoir réfléchir à une gamme de labels", s’avance déjà le président d’Idenum.

D’abord des pilotes

Pour mener à bien son projet, il disposera d’une équipe de trois personnes, un secrétaire générale, un directeur technique et un directeur marketing. L’entreprise dispose de 2 millions d’euros pour construire la solution. Une fois validée, les partenaires devraient réinvestir pour la commercialisation. Le modèle économique étant celui du GIE carte bancaire, qui centralise les données des cartes bancaires.  

Mais pas question de tout réinventer. "Nous allons identifier les acteurs, les attentes, les technologiques existantes", reprend le président. Et le projet restera aussi ouvert que possible. Contrairement aux projets de cloud souverain, aucun concurrent ne se profile à l’horizon, même si des expérimentations existent déjà chez certains acteurs. Idenum devrait aller les voir. "Tout l’intérêt réside dans notre capacité à intéresser autant Google ou Facebook, que la Banque de France", résume Charles du Boullay. Rendez-vous dans 18 mois. Un temps long pour le numérique, mais court lorsqu’il s’agit de coordonner des acteurs aux priorités souvent divergentes.

Aurélie Barbaux

Partagez l’info :

Publicité

2 réactions

sesca

Le 09/10/2013 à 11h16

Encore une usine à gaz institutionnelle qui démarre après les profils Facebook, les identifiants Google.Mais rendez-vous dans 18 mois pour confirmer mon diagnostic ...

juh

Le 21/01/2014 à 15h52

2 millions d'euros, ça fait quand pas mal d'argent. qu'est-ce qu'ils en font ? Avec une équipe de 3 personnes, les salaires sont loin de couvrir cette somme...

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les plus lus de la rubrique «Numérique»

Les autres actualités de la rubrique «Numérique»

Focus