Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[Insurtech] L'assurance à l'heure du collaboratif avec la start-up Otherwise

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up parisienne OtherWise vient de lancer une offre de complémentaire santé collaborative. Si les fonds de la cagnotte virtuelle constituée par les différents membres d'un groupe ne sont pas entièrement utilisés, ils sont redistribués. A terme, la jeune entreprise entend se positionner sur d'autres marchés, comme celui de l'habitation et de l'automobile. 

[Insurtech] L'assurance à l'heure du collaboratif avec la start-up Otherwise
[Insurtech] L'assurance à l'heure du collaboratif avec la start-up Otherwise © Otherwise

Il n'y a pas que l'univers de la finance qui s'est doté du suffixe "tech". Le monde de l'assurance, lui aussi, connaît une profonde mutation avec l'émergence des insurtechs. Selon le dernier rapport du cabinet CB Insights, ces start-up ont attiré 2,65 milliards de dollars d'investissements dans le monde en 2015, contre 740 millions de dollars en 2014. Et si l'activité de capital-risque se concentre encore principalement aux Etats-Unis, l'Hexagone commence, lui aussi, à voir pousser des pépites technologiques dans le secteur. C'est le cas notamment de la start-up Alan, ou plus récemment d'OtherWise, qui vient tout juste de se lancer sur le marché.

 

Une assurance 100% en ligne

Fondée  en février 2016 par Raphaël Berger (ancien directeur de la stratégie d'Areva), Cécile Mérine (passée par le comité exécutif de Swiss Life France) et Aymeric Augustin (architecte du système d'information d'Autolib et ancien CTO d'Oscaro.com), OtherWise est un courtier en ligne. La start-up a lancé, en janvier 2017, son premier produit : une complémentaire santé individuelle avec Thélem Assurances. La nouveauté réside à deux niveaux. "D'abord, nous avons tout dématérialisé pour une approche zéro papier. Toute la relation s'effectue en ligne", expose Raphaël Berger. Ensuite, OtherWise propose une approche collaborative. "Nous proposons une assurance qui rembourse à tous les coups, pas uniquement en cas de sinistre", promet l'entrepreneur.

 

Concrètement, Otherwise propose de créer des groupes de 50 à 150 individus, qui ont des caractéristiques communes, des modes de vie et des comportements vis-à-vis du risque analogues. "On va rassembler des cotisations payées par chacun dans une cagnotte. Cette cagnotte va être virtuellement divisée en deux parties. La première regroupe les primes classiques versées à l'assureur. Elle permet de payer les coûts fixes, les frais de gestion, etc. et l'assuré ne la reverra jamais. En revanche, si la seconde partie de la cagnotte n'est pas totalement consommée, le restant sera redistribué aux assurés au prorata de ce qu'ils ont versé", expose Raphaël Berger.

 

Des algorithmes de machine learning pour créer des pools

Soutenue par Scientipole et Agoranov, la start-up développe des algorithmes de machine learning pour constituer ces groupes d'individus afin de leur proposer une offre la plus personnalisée possible. Otherwise prévoit d'affiner ses modèles mathématiques au fur et à mesure que sa base de clients grossira. Elle entend multiplier les points de contact pour améliorer la connaissance de ses clients et se placer davantage dans une logique de prévention. Plusieurs pistes sont étudiées, comme la collecte des données issues des trackeurs d'activité. "Plus le sentiment d'appartenance au groupe sera fort, plus les individus feront des efforts pour la communauté", assure le cofondateur.

 

D'ores et déjà disponible, la complémentaire santé s'adresse essentiellement aux travailleurs indépendants. Otherwise vient d'ailleurs de nouer un partenariat avec KobOne, une plate-forme qui recense quelque 69 000 graphistes en freelance. D'ici la fin de l'année, la start-up espère nouer quelques milliers de contrats. Peu connue en France, cette approche collaborative est plus répandue à l'étranger. En Allemagne, le concept est notamment porté par la start-up Friendsurance. Même chose aux Etats-Unis, avec Lemonade. Fondée en 2014, cette société a levé 46 millions de dollars depuis sa création et propose une assurance habitation sur le modèle peer-to-peer.

 

Raphaël Berger voit de manière positive la multiplicité des acteurs sur ce nouveau marché. "Cela montre qu'il y a un vrai dynamisme dans les insurtechs. Le marché de l'assurance est un très grande marché", rajoute-t-il, confiant. D'ici quelques semaines, OtherWise devrait officialiser une première levée de fonds. Une augmentation de capital qui permettra le lancement de nouveaux produits, notamment sur le marché de l'assurance automobile et habitation.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale