Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[Intelligence artificielle] Le bot d'OpenAI s'est fait battre plus de 50 fois à Dota 2

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'occasion du grand tournoi e-sport du jeu vidéo Dota 2, OpenAI a mis en scène une partie opposant un bot à Dendi, un joueur professionnel. Partie qui s'est soldée par une victoire éclatante du bot, dans la tradition des Deep Blue et autres AlphaGo. Pour autant, le bot n'est pas invincible, loin de là. Il s'est même fait battre par plus de 50 joueurs lors du tournoi. Décryptage de ce coup de communication savamment orchestré par OpenAI.

[Intelligence artificielle] Le bot d'OpenAI s'est fait battre plus de 50 fois à Dota 2
Le match opposant le joueur surnommé "Dendu" au bot d'OpenAI

En matière de technologie, peu de sujets évoquent autant de fantasmes que les matchs opposant des ordinateurs à des humains dans des jeux complexes. IBM a été le premier à le comprendre et à le mettre en pratique avec Deep Blue, qui a battu en 1997 le champion du monde d'échecs de l'époque, Garry Kasparov. A la clé pour l'entreprise, un gain en notoriété très précieux. En 2016, c'est DeepMind, une start-up britannique rachetée par Google, qui s'est prêtée au jeu de l'affrontement homme-machine médiatique. Le système développé pour l'occasion, AlphaGo, a su vaincre tous les champions de go auquel il s'est frotté.

 

Les jeux vidéo, nouveau grand défi du machine learning

Le go étant l'un des jeux traditionnels réputés les plus complexes, il fallait trouver une autre barrière à franchir. DeepMind s'est tourné vers StarCraft 2, un jeu vidéo dit de "stratégie en temps réel" dans lequel deux joueurs s'opposent en construisant des bases et diverses troupes armées qu'ils font s'affronter. OpenAI, une organisation à but non lucratif fondée par Elon Musk et Sam Altman donc la mission est décrite comme étant de "s'assurer que l'intelligence artificielle reste bénéfique pour l'humanité", s'est tournée de son côté vers Dota 2. Il s'agit d'un jeu de bataille en arène, dans lequel deux équipes de cinq joueurs chacune se font face. Ces jeux sont au cœur de la scène e-sports.

 

Un coup de comm' à l'occasion du grand tournoi de Dota 2

OpenAI a mis au point un bot (un programme automatisé simulant un joueur) en utilisant des techniques de deep learning. L'objectif : démontrer ses capacités à l'occasion de The International, le grand tournoi annuel de Dota 2 organisé par Valve, l'éditeur du jeu. Le bot a été entraîné en opposant deux versions de lui-même dans un très grand nombres de parties et en encourageant les comportements souhaités jusqu'à ce qu'il arrive à un niveau jugé optimal. Le système final a été opposé à plusieurs joueurs professionnels, dont "Dendi" (pseudonyme de Danylo Ishutin) le 11 août et a réussi à le battre. OpenAI a émis un communiqué de presse dans la foulée que les médias se sont empressés de reprendre, l'actualité étant ce qu'elle est un week-end du 15 août.

 

Le bot a été battu par plus de 50 joueurs

Alors, encore un autre jeu auquel les humains ne font pas le poids ? Pas vraiment. Déjà, le bot ne peut jouer qu'en un contre un, pas en cinq contre cinq. Ce mode est beaucoup plus limité en matière d'actions possibles et ne représente pas la réelle richesse stratégique du jeu. Le bot ne peut aussi jouer qu'un seul personnage alors que le jeu en compte plus d'une centaine, et il ne peut jouer que contre le même personnage.

 

Mais surtout, le bot n'est pas resté invaincu très longtemps. 50 objets étaient promis en récompense pour les joueurs capables de le battre, et ils ont tous été collectés dans la journée du 12 août. Comment ces joueurs s'y sont-ils pris ? Ils ont tout simplement étudié le fonctionnement du bot en le regardant jouer contre les pros et ont exploité ses faiblesses. Le résultat est l'utilisation de techniques bizarres qui seraient complètement inefficaces contre un vrai joueur mais qui "cassent" le bot, car il n'a pas été fait pour. Il faut dire qu'OpenAI a un peu triché à la base en communiquant sur des résultats obtenus lors des premières parties jouées par chaque joueur contre le bot, avant que ceux-ci ne puissent étudié sa façon de jouer pour en trouver les failles.

 

L'imparfaite excellence des bots, une tradition du jeu vidéo

Il est bon de rappeler que l'utilisation de bots dans les jeux vidéo remonte à plus de 30 ans. Leur but est typiquement de permettre au joueur de s'entraîner ou de s'amuser même s'il n'a pas de camarade avec lui (une tradition qui date d'avant l'existence du jeu en ligne). Ils sont typiquement assez rudimentaires, leur force résidant dans leur exécution parfaite de stratégies prédéterminées. Au final, le système d'OpenAI n'est pas tellement différent. Il est beaucoup plus complexe (et coûteux), et a su battre d'excellents joueurs lors de matchs aux critères strictement définis, mais lorsqu'on trouve ses limites, cette "intelligence artificielle" perd vite de sa magie. OpenAI prévoit de s'attaquer l'année prochaine aux matchs à cinq contre cinq, dans des conditions réelles de jeu. Rendez-vous dans un an pour voir le résultat.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale