Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Interxion investit 45 millions d'euros sur son data center marseillais

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Acquis auprès de SFR en août 2014, le huitième data center français d'Interxion, MRS 1, a été profondément transformé pour accueillir de nouveaux clients, intéressés par le "hub" de connectivité international de Marseille.

Interxion investit 45 millions d'euros sur son data center marseillais
Data center MRS1 d'Interxion à Marseille. © JC Barla

Leader français des data centers, avec 39 installations dans 13 villes de 11 pays et plus de 1 500 clients, Interxion (dont le siège est aux Pays-Bas) a inauguré le 14 avril son site de Marseille (Bouches-du-Rhône). Le site avait été initialement créé au début des années 2000 par LD Com. Le groupe l'a racheté à SFR qui l'exploitait jusqu'en août 2014.

"Interxion n'a pas vocation à s'implanter en province, mais Marseille possède un positionnement unique comme point de transit de télécommunications internationales. Elle devient désormais un 'hub' de contenus. Il était fondamental d'y être. Ce sont même nos clients américains qui nous l'ont demandé !", confie le président d'Interxion France, Fabrice Coquio.

Une modernisation à 45 millions d'euros

Facebook y est ainsi hébergé depuis septembre dernier. Huit câbles sous-marins arrivent en effet à Marseille depuis le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie. Le bâtiment possède une superficie maximale en espaces équipés de 6 200 mètres carrés, plus importante que chacun de ses sept autres data centers de la région parisienne. "Nous avons investi 45 millions d'euros dans la modernisation des installations anciennement détenues par SFR et dans la réalisation de nouvelles salles d'hébergement des équipements de notre clientèle", poursuit le dirigeant.

Conçu pour tous types de clients, des opérateurs télécoms et fournisseurs d'accès internet jusqu'à toute entreprise désireuse d'y localiser ses serveurs, en passant par les plates-formes de diffusion de contenus ou d'applications cloud, "Interxion MRS 1" annonce une disponibilité de 99,999% du temps et une puissance électrique jusqu'à 1 500 W/m2.

Une plate-forme de services, pas de surveillance

Après l'avoir audité, l'Etat a désigné Interxion comme un "opérateur d'importance vitale". Les actuelles réflexions sur la protection de la sécurité du pays contre le terrorisme et les contraintes qui pourraient en découler pour les activités des data centers ne semblent pas inquiéter, pour l'heure, Fabrice Coquio. Pour lui, son entreprise met à disposition de ses clients des locaux, des équipements et des services dans des conditions de sécurité maximale, mais elle ne surveille pas les échanges de données qui s'y établissent. S'il admet que certains de ses clients étrangers comprennent difficilement les restrictions imposées par la Cnil, par exemple sur la limitation du temps de conservation des données ou la possibilité d'accéder au passé judiciaire d'un individu, il relativise : "Ces protections peuvent constituer un frein, au même titre que les particularités de la fiscalité française. Mais un frein n'empêche pas forcément un client de se positionner quand l'avantage qu'il attend de son choix est largement supérieur aux inconvénients qui le dérangent."

Le groupe Interxion a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 340,6 millions d'euros.

Jean-Christophe Barla

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale