Actualité web & High tech sur Usine Digitale

ISYmap lance des ballons connectés pour étudier à distance les zones à risque

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Grand Prix du concours i-LAB 2017, la jeune société gardoise ISYmap a conçu des "ballons" connectés, munis de capteurs et associés à un logiciel de cartographie, pour étudier à distance des zones à risque. Première application pour cette start-up de Bagnols-sur-Cèze : le nucléaire.

ISYmap lance des ballons connectés pour étudier à distance les zones à risque
ISYmap lance des ballons connectés pour étudier à distance les zones à risque © Capture YouTube

Les ballons GLOBall de la start-up gardoise ISYmap renferment des capteurs, sont géolocalisés, connectés, autonomes et résistants aux chocs et à l'eau. Lâchés depuis un drone sur un site à risque, dangereux pour l’Homme, ces ballons collectent les données nécessaires et les transmettent en temps réel à une application de mesure cartographique. "Un système breveté à l’international", précise Marie-Anne Lissandre, ingénieur en sûreté nucléaire, cofondatrice et présidente d’ISYmap en juillet 2016. Elle a convaincu le jury du 19e concours i-LAB, qui lui a attribué, le 6 juillet, l' un des 5 grand Prix i-LAB 2017.

Marie-Anne Lissandre avait été orientée sur le concours national du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche par la structure d’accompagnement gardoise BIC Innov’up. Celle-ci l’avait aussi été incitée à participer au concours de l’innovation Coup de Pousse de la région Occitanie. Bien lui en a pris, puisque ISYmap en a été lauréat en mars 2017. La start-up compte bien profiter "d’une visibilité exponentielle, qui accélère les rencontres et les sollicitations", relève Marie-Anne Lissandre.

 

Décliner d’autres applications

Si ISYmap a pour premier terrain d’action le nucléaire - Areva est un client -, d’autres déclinaisons sont explorées pour étendre la gamme de produits. Secteurs visés en priorité : la sécurité civile et les applications militaires. "Il faut pour ce dernier travailler particulièrement la sécurité des communications", note Marie-Anne Lissandre.

La start-up, qui confie la fabrication des pièces à des sous-traitants de proximité, réalise l’assemblage. Mais elle souhaite internaliser davantage la productio, ce qui demande de l'espace supplémentaire. "Nous avons l’intention de déménager d’ici à la fin 2017 dans de nouveaux locaux à Bagnols-sur-Cèze", indique Marie-Anne Lissandre. L’équipe, actuellement constituée des deux co-fondateurs, va s’étoffer : un apprenti arrivera en septembre et un doctorant ainsi qu'un ingénieur devraient rejoindre la start-up en 2018. "Nous n’envisageons pas tout de suite de levée de fonds, assure la présidente. Nous faisons le pari de grandir sans. Les premières ventes financent en partie le développement et les subventions des concours nous aident..."

 

Ballons d’ISYmap (Instrumentation Systems for Mapping) en démonstration
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Mr Tillier

31/07/2017 08h34 - Mr Tillier

on pense immediatement a des solutions similaires pour reduire les feux et attraper les coupables si possible.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale