Actualité web & High tech sur Usine Digitale

J'ai hacké Google. Et ouais.

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L'Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.

J'ai hacké Google. Et ouais.
J'ai hacké Google. Et ouais. © The Morning Challenge
Ce que je m’apprête à vous révéler, il m’a fallu des semaines pour le découvrir. Des semaines de labeur, de sueur, de larmes. Des jours et des jours à observer, à tester, à affiner. Café après café. Jusqu’à cette découverte renversante.
 
Tout a commencé lorsque je me suis mis en quête d’une solution et d’un prestataire pour produire une nouvelle pièce. Aucune idée de comment et en quoi la produire (comme d’hab’…)mais il y a deux contraintes : forte résistance à l’humidité, et niveau élevé de magnétisme.
 
Normalement, j’aurais passé quelques heures sur Google pour comprendre les types de matériaux, les différents moyens de production et me faire une opinion. Puis j’aurais cherché un prestataire adapté. Temps nécessaire : entre 1 et 2 heures.
 
Mais voilà. Je n’avais pas 2 heures. J’avais 15 minutes.
Alors cette fois, au lieu de miser sur Google et internet, j’allais miser sur… les gens. Au lieu de faire du click &
and learn, j’allais faire du call and learn.
Après avoir saisi une requête sommaire dans Google, j’ai cliqué sur l’entreprise qui sortait en cinquième résultat. J’ai appelé, expliqué ma demande, et discuté 5 minutes avec le commercial des différentes possibilités. Evidemment, je suis passé pour un gros touriste. Mais j’ai appris 2 ou 3 trucs.
 
Google, tu peux trembler… les hommes sont de retour
 
Puis j’ai réitéré, un peu moins ignare, avec le résultat 4. Puis avec le 3 et le 2. En arrivant au 1, soit après 12 minutes, j’avais en tête a priori les différentes façons de produire (stéréolithographie & usinage CNC) et les différents matériaux adaptés. Et sur 3 minutes de conversation téléphonique, je pouvais même faire "pro" avec les termes piqués de mes conversations précédentes.
 
Bilan : en 15 minutes, je n’ai pas appris grand chose. Mais juste ce qu’il faut pour obtenir le résultat que je cherchais. Google, tu peux trembler… les hommes sont de retour.
 
Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai de nouveau la tête dans le fraisage, l’usinage et le polissage. Double expressos welcome.
 
Le reste de ma semaine, en quelques chiffres :
 
5 rendez-vous dont un petit dej’ pimenté par un concert lyrique
1 cours donné à l’ESSEC sur la communication de start-up
8 heures de travail sur un sujet super top secret
1 difficulté à trouver un fabricant de peignoir: vous auriez ça ?
 
Belle semaine à vous, et à mercredi prochain !
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale