Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Jasper, la pièce manquante de la stratégie IoT de Cisco

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cisco propose d'acquérir le californien Jasper, spécialisé dans l’Internet des objets. Cette pièce de puzzle s’emboîte dans sa stratégie entre la connectivité et le big data des objets. Dans ce dernier domaine, le géant vient d’ailleurs tout juste d’absorber l’éditeur allemand Partstream.

Jasper, la pièce manquante de la stratégie IoT de Cisco
Jasper, la pièce manquante de la stratégie IoT de Cisco © Emmanuelle Delsol

Le 3 février, l’Américain Cisco rendait public son intérêt pour son compatriote Jasper Technologies, acteur des objets connectés. Le géant compte casser sa tirelire à hauteur de 1,4 milliard de dollars pour l’occasion. L’affaire est donc sérieuse. Pour ce géant historique des réseaux, Internet of things (IoT) est une obsession ancienne. Mais le montant de l’offre est à la hauteur de l’importance donnée par Cisco à cette opération dans sa stratégie.


Un réseau et un cloud pour le M2M

Jasper est né en 2004, "à une époque où objets connectés rimait encore avec M2M (machine-to-machine, ndlr)", comme le rappelle Eric Greffier, directeur business solutions et expertise France. L’entreprise a donc logiquement développé une plate-forme de connexion d’objets par réseau cellulaire, via une carte SIM, mais indépendante de l’opérateur. Elle a ensuite étendu son savoir-faire dans la mise à disposition de services cloud de contrôle et de maintenance du réseau d’objets, qui s’appuient sur les données récoltées. Jasper s’adresse à des clients professionnels pour qui il connecte aussi bien des véhicules, des moteurs d’avion que des pacemakers implantés. Le fondateur et CEO de Jasper, Jahangir Mohammed, prend la tête de l’entité IoT Software de Cisco qui naît avec l’absorption de la société. La nouvelle activité gonfle la division IoT and collaboration de l’Américain.

 

Peut-être de futures interfaces avec Lora et Sigfox

Cette nouvelle acquisition se glisse entre les compétences historiques de Cisco dans les réseaux et ses capacités montantes dans le logiciel d’analyse de données. Côté connectivité, le Californien enrichira la plate-forme Jasper pour s’occuper d’objets connectés autrement qu’en M2M, en développant des connecteurs pour le Wi-Fi par exemple. Il pourrait aussi travailler sur des interfaces avec les protocoles natifs IoT de Sigfox ou Lora.

 

Pour Eric Greffier, pour l’instant, la France a une large avance dans ces réseaux spécialisés LPWA (Low power wide area) pour les objets connectés car elle a juste la bonne taille. "L’intérêt de ce type de réseau est de connecter un capteur hygrométrique dans un champ en Lozère avec une station Météo France à Strasbourg, par exemple," explique-t-il. Elle n’est ni trop étendue (donc peu onéreuse) au contraire des Etats-Unis, ni trop petite pour de telles expérimentations. Même si Cisco ne confirme pas, ses investissements dans l’Hexagone lui permettent de regarder ce sujet de très près. Et c’est ici qu’il pourrait réfléchir à une interface Lora ou Sigfox pour la plate-forme Jasper.

 

Un complément du rachat du big data de l’IoT de Parstream

L’américain a aussi développé ces dernières années des compétences en big data pour l’internet des objets. Connu tout autant pour sa stratégie de croissance externe que pour son expertise des réseaux, il vient tout juste d’avaler en octobre dernier, la jeune pousse allemande Parstream et son traitement en temps réel du big data de l’IoT. Cet environnement logiciel vient judicieusement compléter la virtualisation de données de Cisco. Cette couche d’abstraction de données masque aux outils de big data l’hétérogénéité des formats des informations, et des bases de données.

 

Un pas de plus vers le logiciel et l’entreprise

Pour Cisco, cette acquisition est aussi un pas de plus à la fois vers le logiciel et vers l’entreprise. Né dans le matériel avec les réseaux et leurs routeurs, le Californien se tourne de plus en plus vers les plus lucratifs logiciels, en particulier dans le cloud. Il convoite aussi de plus en plus les entreprises. Jasper doit son succès à 3500 clients professionnels dont de nombreux industriels comme Ford, GM ou Heineken.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale