Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L’affaire FBI vs Apple close mais pas réglée

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Analyse Grâce à l’aide d’un tiers, le FBI a pu accéder aux données de l’iPhone du tueur de San Bernardino sans l’aide d’Apple. Le litige juridique qui opposait les deux parties est donc clos. Mais le problème de fonds reste posé.

L’affaire FBI vs Apple close mais pas réglée
Quid des nouveaux Iphone encore plus sécurisé que celui du terroriste ? © capture Apple

On en sait pas grâce à qui ni comment, mais le FBI a réussi à hacker l’Iphone 5C de Syed Rizwan Farook , le terroriste de la tuerie de San Berdardino, sans l’aide d’Apple.  En conséquence, le FBI a retiré son injonction juridique à Apple de lui fournir une « back door ». "Notre décision de conclure le litige a été fondée uniquement sur le fait que, avec l'aide récente d'un tiers, nous sommes maintenant en mesure de débloquer que l'iPhone sans compromettre toute information sur le téléphone", a déclaré Eileen Decker, le procureur des États-Unis à Los Angeles, dans un communiqué.  Mais le problème des enquêteurs américains n’est pas réglé pour autant. Celui d’Apple non plus.

 

Les nouveaux Iphone toujours plus sécurisés

Car Apple n’avait pas seulement été sollicité pour hacker l’iphone 5C du terroriste. Son aide avait été déjà requise par les enquêteurs américains  plus d’une dizaine de fois ces derniers mois, notamment par des enquêteurs de Brooklyn, New York, qui tentent de casser le chiffrement de l’iPhone d’un trafiquant de drogue.

 

Selon Apple, en effet, l’Iphone 5C  sous iOs0 serait moins sécurisé que les dernières versions, mais plus que celui l’appareil sous  iOS 7 à Brooklyn. Le problème risque donc de se représenter.  Même si Apple se veut rassurant : "Nous allons continuer à aider les forces de l'ordre dans leurs enquêtes, comme nous l'avons toujours fait, et nous allons continuer à augmenter la sécurité de nos produits comme les menaces et les attaques sur nos données deviennent plus fréquentes et plus sophistiquée," explique un communiqué.

 

Securité vs confidentialité

Mais l’entreprise n’a pas changé d’avoir, et défend toujours la protection des données privées de ses clients, comme un droit fondamental : "Apple croit profondément que les gens aux États-Unis et dans le monde méritent la protection des données, la sécurité et la vie privée. Sacrifier l'un pour l'autre ne met les gens et les pays à plus grand risque ", précise l'entreprise.

 

Légalement, « la question reste ouverte de savoir si le gouvernement peut forcer une société privée à  écrire du code pour aider à une enquête, a déclaré Schwartz, professeur de droit professeur de droit associé à l'Université Pepperdine à Malibu, en Californie, cité dans un article de Bloomberg. Ce problème ne va pas disparaître." La bataille confidentialité vs sécurité en fait que commencer. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale