Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L’Arcep sur le dos des opérateurs pour la 4G en zone peu dense

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'Arcep va surveiller de près le déploiement de la 4G dans les zones peu denses. Et elle le fait savoir ! Le gendarme des télécoms vient de mettre en demeure par anticipation Bouygues Telecom et SFR de respecter leurs obligations pour le 17 janvier 2017.

L’Arcep sur le dos des opérateurs pour la 4G en zone peu dense
L’Arcep sur le dos des opérateurs pour la 4G en zone peu dense © Karpati / MorgueFile / C.C.

Un observatoire désormais trimestriel et une double mise en demeure, l’Arcep a décidé de marquer les opérateurs à la culotte sur le déploiement de la 4G. Dans un communiqué du 18 février, l’autorité de régulation a rappelé à l’ordre Bouygues Telecom et SFR via une "mise en demeure par anticipation" de respecter leurs obligations de couverture en 4G des zones peu denses. "Bouygues Telecom, Orange et SFR sont tenus, au titre de leurs autorisations 4G, d'assurer la couverture de 40% de la population des zones peu denses d'ici le 17 janvier 2017" précise le texte.


Mise en demeure par anticipation

Le déploiement des télécoms dans les territoires les moins peuplés, les plus éloignés, a toujours été un sujet brulant. Les collectivités locales et les associations de consommateurs se plaignent régulièrement des opérateurs qui privilégieraient le reste du territoire, plus rapidement rentable. L’Arcep, investie depuis l’an dernier de nouveaux pouvoirs de sanction, a donc exprimé fermement son inquiétude face à certains résultats de son observatoire désormais trimestriel des zones peu denses. Orange atteint d’ores et déjà 33% de couverture de la population dans ces territoires mais SFR n’en couvre que 8% et Bouygues Telecom 12%.


Bouygues proteste et SFR noie le poisson

La filiale du groupe de BTP a vivement réagi, par communiqué interposé, s’interrogeant sur l’intérêt de le mettre en demeure par anticipation. Pour lui, "le seul effet est d’accroître inutilement l’inquiétude des populations concernées". Il considère que l’Arcep laisse entendre de façon inexacte que sa couverture serait déficiente, en ne comptabilisant que les fréquences 800 MHz. Selon lui, il ne lui resterait que 6% de la population à couvrir et 1200 antennes à construire pour répondre aux exigences du gendarme des télécoms.

 

Pour toute réponse, SFR s’est contenté de publier un bilan de ses déploiements en très haut débit, 4G et fibre optique. Il ne conteste pas le taux de couverture, mais insiste sur le rythme "soutenu" qu’il aurait maintenu depuis ses premiers déploiements et les 110 nouvelles communes dans lesquelles il a ouvert sa 4G. Reste à savoir enfin comment seront réparties les règles de couverture en cas d’acquisition de Bouygues Telecom par Orange.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale