Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L'avenir des DRH est aussi une question de sciences-politiques

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Vidéo Le 18 février dernier, l’executive master RH de Sciences Po Paris a organisé une conférence portant sur l’avenir de la fonction RH à l’heure du numérique. Le titre avec son jeu de mot sur UbeRHistation est à lui seul un programme. Professionnels, consultant et universitaire ont présenté leur point de vue : les DRH ont de l’avenir, mais il va falloir changer en profondeur les pratiques et les missions.

L'avenir des DRH est aussi une question de sciences-politiques
L'avenir des DRH est aussi une question de sciences-politiques © Fotolia

Responsables RH de grands groupes (Dassault Systèmes, Danone) ou de start-up (Blablacar), ils étaient venus pour deviser sur l’avenir de leur fonction à l’heure du numérique.

 

Le numérique unE chance (pas nouvelle) pour les RH

A contre pied de la propension des médias à voir du nouveau tout le temps, Franck Aimé, DRH de Danone, préfère resituer la numérisation dans une histoire commencée dans les années 80 avec l’informatisation, les systèmes d’informations. Ce type de changement provoque une réaction en trois temps pour le professionnel : la peur, suivi par un enthousiasme naïf avant de connaître la sage raison. Pour le numérique, nous n’en sommes qu’au début estime l’homme de l’art. Pour lui, le numérique est une formidable chance pour les RH, notamment parce qu’il contribue à baisser les coûts et donc multiplie les potentialités.

 

de la délicate utilisation des big data

Frédéric Gautier de Dassault Systèmes estime pour sa part qu’un changement fondamental vient de ce qu’on appelle le prédictif dans le monde des RH et des big data. Soit tous les outils qui à terme plus ou moins long aideront le responsable à décider. Les enjeux sont tels qu’il faudra être prudent dans l’expérimentation. En effet, explique le responsable, la matière est humaine et on ne saurait, par exemple, inviter les salariés à se noter mutuellement sans anticiper les conséquences que pourraient avoir un tel phénomène.
 

Là est tout le paradoxe du DRH, à écouter cette conférence aussi complète que mal filmée : ce deernier est convaincu de la nécessité de changer au plus vite, mais ne peut pas le faire sans prendre de précautions. Le DRH de demain doit prendre des risques contenus ! La question se pose avec plus d’acuité pour les entreprises traditionnelles en voie de numérisation que pour celles qui émergent.

 

Le Benchmark c'est fini

A cet égard, le témoignage du DRH de Blablacar, Xavier d’Aumale, est éclairant. Il considère son travail à l’instar de celui d’un responsable marketing, les salariés ayant remplacé les consommateurs. D’ailleurs, ce dernier parle un langage recourant à force de "candidate experience" et autres "employee voice" qui rappelle le franglais d’antan des marketeux.

 

 

 

 

 

la fin des comparatifs

Car comme l’a remarqué en conclusion l’universitaire Michel Barabel, si le DRH bashing est à l’œuvre et que la menace d’une désintermédiation pointe, c’est que l’expérience du salarié n’est pas satisfaisante. Il esquisse des pistes d’actions, après avoir expliqué quels étaient les principaux changements. Il pointe une évidence qu’on oublie parfois : le numérique signe la fin des comparatifs et autres copier coller. Chaque entreprise doit inventer ses propres méthodes et outils. Le temps où il suffisait de faire comme le leader pour espérer gagner en compétitivité est révolu.

 

Pour en savoir plus, suivez ce lien. Vous y trouverez notamment d’autres conférences filmées sur ce même sujet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale