Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L’IA de Google Home et Assistant rompt (enfin) la barrière de la langue, et va même plus loin...

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Un an après son lancement lors de la Google I/O 2016, il est temps pour la firme de Mountain View de couper le cordon avec son enceinte connectée Home et son assistant personnel intelligent Assistant. Les produits "smart home" du géant de la tech s’apprêtent à conquérir le monde, dont la France, dès cet été.

L’IA de Google Home et Assistant rompt (enfin) la barrière de la langue, et va même plus loin...
Avec la clé HDMI Chromecast, il sera possible de diffuser des contenus vidéo, dont Netflix, via Google Home. © Google Home

"Nous essayons de travailler au plus vite pour ajouter d’autres langues à l’assistant mais c’est une des tâches les plus complexes", convient Gummi Hafsteinsson, directeur produit de Google Assistant, au lendemain du lancement de la Google I/O 2017, le 18 mai. Lors de la keynote d’ouverture de sa conférence annuelle, le géant de la tech a annoncé qu’il allait franchir la barrière de la langue : Google Home et de son assistant intelligent va s’exporter à l’international.

Au courant de l’été 2017 (pas de date précise pour le moment), la France et l’Allemagne seront les premiers pays servis (après le Royaume-Uni) en Europe, en même temps que l’Australie et le Japon, de l’autre côté du globe. Pour son lancement dans l’Hexagone, Google Home sera compatible avec Deezer, Spotify ou encore SoundCloud. En plus de parler et de comprendre le français, l’intelligence artificielle sera exercée à l’italien, au portugais ou encore au coréen d’ici la fin de l’année.

 

Acculturer l’IA de Google Home et Assistant


Au-delà de la langue, c’est toute la culture du pays que Google Home et Assistant doivent intégrer, tel un processus de socialisation primaire chez un enfant. "Nous devons prendre en compte les références culturelles de chaque pays. La façon de faire des blagues ou de donner le score d’un match de football par exemple", indique Suveer Kothari, vice-président du hardware chez Google qui précise que l’apprentissage (machine learning) se fait déjà "depuis longtemps" grâce à la présence et à la base de données de la firme dans de nombreux pays.

 

"L'assistant personnel a une personnalité unique, adaptable selon les pays", souligne Gummi Hafsteinsson qui rappelle que l’expérience utilisateur est au coeur des préoccupations de la firme. "Nous cherchons à répliquer les interactions humaines, à appréhender l’assistance vocale comme une conversation afin que les échanges (entre l'utilisateur et Assistant, Ndlr) soient le plus naturels possibles. Ce n’est pas évident de faire parler les gens à une machine."

 

Un assistant personnel pro-actif

 

Ainsi de nombreuses fonctionnalités viennent améliorer l’expérience utilisateur : l’assistant fera automatiquement des rappels de calendrier. Google appelle cela la “proactive assistance” qui est capable d’anticiper les besoins humains. Un adjoint 2.0 qui vous prévient s’il y a des embouteillages afin que vous ne ratiez pas votre réunion ou si votre vol est retardé.

 

Pour ceux qui ne trouvent justement pas naturel de parler à une enceinte ressemblant "à une bougie" (c’est Suveer Kothari qui le dit), il sera possible d’interagir à l’écrit. Les réponses s’afficheront sur l’écran du smartphone. Si la question concerne un trajet, l’itinéraire se chargera et s’affichera directement sur Google Maps. L’enceinte connectée pourra bientôt se connecter aux autres appareils de la maison via Bluetooth et Google Assistant s’enrichit de nouvelles capacités visuelles avec l’outil Google Lens.

 

Côté streaming vidéo, Google ne compte pas se laisser distancer par Amazon et son écran intégré d’Echo Show. On pourra diffuser du contenu Youtube ou une série Netflix (et aussi HBO Now, Hulu ou encore CBS Access…) sur l’écran de télévision, simplement en passant par Google Home grâce à la clé HDMI Chromecast. "Nous voulons exploiter les écrans que les utilisateurs ont déjà", justifie Suveer Kothari.

 

Enfin, il sera possible d’effectuer des appels téléphoniques gratuitement (aux Etats-Unis et au Canada dans un premier temps) et de bavarder par le biais de l’enceinte en ayant "les mains libres". L’utilisateur aura le choix entre effectuer des appels en numéro caché ou bien synchroniser son propre numéro via Google Assistant. Cette fonctionnalité prendra en compte plusieurs utilisateurs, Google Home basculera d’un répertoire téléphonique à l’autre, simplement en reconnaissant votre voix.

 

 

 

Google Home, l’enceinte Big Brother ?

 

Suveer Kothari assure que Google reste "très vigilant à la protection des données personnelles". Selon lui, Google Home n’envoie aucune donnée dans le cloud derrière le dos de l’utilisateur. "Google Home n’a qu’un seul bouton : le mode mute, afin que l’appareil n’écoute pas ce qu’il se passe dans la pièce."

 

Concernant les singularités de Google Home et de son assistant intelligent face à Amazon Echo, Gummi Hafsteinsson avance deux arguments principaux : l’expansion internationale et la multitude d’applications et de services liés “made in Google” (Google Maps, Gmail, Agenda…). En arrivant sur iOS, pour marcher sur les plates-bandes du bon vieux Siri, Google Assistant fait face à "quelques restrictions, notamment la prise en charge au réveil", reconnaît Gummi Hafsteinsson. Apple ne fournit pas l’API du réveil de l’iPhone donc l’assistant de Google ne peut pas prendre en charge l’alarme.

 

Mais ce n’est pas ce genre de limite d’intégration qui va arrêter Google dans sa volonté d’être "présent et utile dans toutes les circonstances de la vie", affirme le directeur de l’assistant personnel. Est-ce que l’intelligence artificielle de l’assistant personnel dépassera bientôt les capacités du cerveau humain ? Pour Gummi Hafsteinsson, ce n’est pas une question de compétition mais de complémentarité : "Le rôle d’Assistant est simplement de nous rendre meilleur, plus productif".

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale