Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"L’industrie 4.0 est une opportunité de changer la donne en France", estime le directeur du BCG

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Alors que François Hollande vient de présenter le 14 avril son plan de déploiement de l’industrie du futur, Olivier Scalabre, directeur associé du BCG au bureau de Paris, dresse un état des lieux de la situation industrielle mondiale. Pour lui l’industrie 4.0 peut changer la donne et permettre à la France "de recoller au peloton de tête".

L’industrie 4.0 est une opportunité de changer la donne en France, estime le directeur du BCG
Olivier Scalabre © Boston Consulting Group

L’Usine Nouvelle - Quelle est votre état des lieux de la situation industrielle mondiale ?

Au cours des dix dernières années, il s’est produit des changements très importants dans le paysage compétitif mondial. Les schémas préétablis ont fait long feu. La Chine n’est plus l’atelier du monde, les délocalisations dans les pays à faibles coûts de main-d’œuvre se sont ralenties et la course à la taille dans les usines pour gagner des effets d’échelle est terminée. La tectonique des plaques s’inverse. Dans les pays à faible coût de main-d’œuvre, les salaires ont augmenté mais la productivité n’a pas suivi le mouvement. Alors que les pays industrialisés ont augmenté leur productivité en investissant dans leur outil industriel et bénéficient, pour certains d'entre eux, d'une énergie bon marché. La tendance actuelle est à la régionalisation de la production. Les Etats-Unis sont devenus aussi compétitifs que la Chine et ré-industrialisent donc une partie de la production sur leur territoire. Le Mexique constitue la base arrière de la production américaine la plus compétitive avec des coûts moins chers que la Chine sans même prendre en compte le coût de transport.


L’industrie 4.0 est-elle une chance pour l’industrie française ?

Les technologies de l’industrie 4.0 arrivent à maturité car elles ont désormais des coûts acceptables pour les PME. Elles vont accélérer le processus de régionalisation des flux en réduisant la part de main-d’œuvre dans les structures coûts. Cela limitera dès lors les avantages des pays à bas coûts et aura un impact très fort d’accélération de la relocalisation de production dans les grands pays consommateurs. Le déclin de la compétitivité française est dû principalement à une faible augmentation de la productivité. Le vrai "problème industriel France" est le faible gain de productivité réalisé lors des dix dernières années (5%) alors que sur la dernière décennie il était de 14% pour l’Allemagne. Nous sommes entrés dans un cercle vicieux : les usines ne sont pas compétitives et avec un marché du travail peu flexible cela conduit à une faiblesse chronique d’investissement. Nous avons un parc de robots industriels cinq fois inférieur à celui de l’Allemagne. Cette nouvelle phase d’équipement est l’opportunité unique de changer la donne, de combler le retard. Si on ne le fait pas, les autres investiront dans les procédés innovants et l’écart s’agrandira. C’est dans les situations de ruptures que la France peut recoller au peloton de tête. 

Quelle est selon vous l’attitude à adopter pour redresser l’industrie française ?

Il faut, pour les industriels français, rendre économique l'investissement dans les usines afin de générer des gains de productivité. Les mesures gouvernementales vont inciter les industriels à réinvestir dans les usines. Les annonces ne sont sans doute pas suffisantes dans leur ampleur. Elles doivent aller plus loin dans la flexisécurité du monde du travail car sans cela ces mesures favorisant l’investissement n’auront pas l’effet escompté. Il faut également promouvoir l'industrie 4.0 en France, en faisant émerger des champions français dans la conception et le déploiement de technologies adaptées à notre tissu industriel.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale