Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"L'intelligence artificielle va entrer dans la vie des gens grâce aux objets connectés", explique Fred Potter de Netatmo

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Entretien Le nouveau produit de Netatmo présenté au CES, la caméra extérieure Presence, illustre une tendance de fond de l'industrie : les objets connectés deviennent réellement intelligents, grâce à la puissance du cloud, à l'intelligence artificielle, à la vision assistée par ordinateur. Fred Potter, fondateur de la start-up française, présente cette nouvelle vague d'innovation.

L'intelligence artificielle va entrer dans la vie des gens grâce aux objets connectés, explique Fred Potter de Netatmo
"L'intelligence artificielle va entrer dans la vie des gens grâce aux objets connectés", explique Fred Potter de Netatmo © Flickr CC - LeWeb13

L'Usine Digitale - Presence ressemble à une caméra de surveillance classique, à première vue. En quoi est-elle innovante ?

Fred Potter - Presence est une caméra extérieure pour la maison capable de détecter les personnes, les animaux et les voitures. Elle analyse en temps réel l'environnement pour savoir si un individu s'approche, si une voiture pénètre dans l'allée, si un chien se promène dans le jardin. Elle comprend ce qu'elle voit et va envoyer des notifications sur le smartphone des utilisateurs lorsque des événements se produisent.

 

 

 

 

C'est une rupture dans le marché des caméras extérieures puisque le produit regarde à votre place et vous donne uniquement les informations dont vous avez besoin. Presence est aussi un projecteur qui s'allume quand une personne approche… et pas quand votre chat passe dans le champ de la caméra.

La technologie d'intelligence artificielle est similaire à celle de notre caméra intérieure Welcome, qui détecte les visages et reconnaît les gens.

 

L'intelligence artificielle intégrée aux objets de tous les jours, c'est une tendance qui va prendre de l'ampleur dans les mois à venir ?

L'intelligence artificielle va vraiment entrer dans la vie des gens, grâce aux objets connectés. Les voitures autonomes et connectées, c'est le même mouvement. Des produits comme le nôtre utilisent des algorithmes assez similaires d'intelligence artificielle et de vision assistée par ordinateur. Cette tendance lourde est au cœur de notre stratégie, chez Netatmo nous sommes en avance sur le sujet.

Il y a deux phases dans la révolution des objets connectés. D'abord la phase technologique, qui consiste à connecter des objets du quotidien, comme le thermostat, la station météo. Aujourd'hui arrive la phase "consciente" où les objets, grâce à leur connexion à internet, aux ressources du cloud, à l'intelligence artificielle, analysent leur environnement et rendent de nouveaux services très innovants.

 

Ce sont des technologies plus complexes à mettre en œuvre que pour la première génération d'objets connectés. Cela veut-il dire que la barrière à l'entrée de ce marché va se relever ?

Je suis dans les objets connectés depuis 2008. A l'époque, on pouvait faire un objet connecté avec 1 million d'euros de R&D. Aujourd'hui, c'est plutôt 10. Et demain, ce sera peut-être 50. La révolution des objets connectés est lancée, elle évolue. Il va se passer dans les objets connectés ce qui est arrivé dans tous les secteurs de l'électronique : DVD, télévision à écran plat… Quand ça débute, il y a un foisonnement d'idées, de marques et d'objets, et puis au fur et à mesure que l'industrie mûrit, les objets deviennent de plus en plus technologiques, le nombre d'acteurs diminue et les barrières à l'entrée se forment. On entre dans cette deuxième étape. L'IA que l'on injecte dans nos objets doit nous permettre de faire partie des survivants de cette industrie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Blas

19/01/2016 14h03 - Blas

Oui, enfin, les appareils photos grand public font cela depuis quelques années (reconnaissance de formes et de visages). Du reste il reste plus compliqué de reconnaitre un visage que la dimension d'une forme en fonction de son environnement. Des bibliothèques libres sous OpenCV existent pour cela depuis quelques années. Et les systèmes de portique aéroportuaires le font également depuis plus longtemps encore. Rien d'extraordinaire là-dedans. Surtout du marketing et du déplacement d'innovation. Le jour où quelques objets devineront les intentions des membres du foyer afin de prendre des décisions (allumer la lumière dans la pièce où je compte me rendre, allumer la télé si certaines conditions sont réunies, etc) là oui, on pourra parler d'innovation. On est tout de même très loin du Jarvis d'Iron Man. db

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale