Usine Digitale

L'invasion des moocs : les cours multimédia en ligne arrivent en France

Par -

L'invasion des moocs : les cours multimédia en ligne arrivent en France © D.R.

Le Site du zéro, une PME parisienne spécialiste de l’e-éduction est venue présenter à l’Université d’été du Medef sa dernière nouveauté : le mooc. Ces cours interactifs gratuits sont entièrement accessibles sur Internet. Ils existent aux Etats-Unis depuis 2000 et arrivent enfin en France.

La nouvelle marotte des geeks ? Les moocs. Un acronyme barbare qui désigne un objet numérique pourtant très civilisé : le massive open online course, ou cours en ligne ouvert et massif. Cet instrument de savoir collectif est totalement gratuit et accessible sur le web. Le mooc est un cocktail à base de e-book, de cours filmés avec un professeur qui explique sa matière, d’exercices interactifs et de discutions en direct avec l’enseignant, via une webcam.  Ce système arrive enfin en France pour la rentrée des classes 2013 – il s’était développé aux Etats-Unis au début des années 2000.

Certaines grandes écoles, comme Polytechnique, proposent à partir du mois de septembre quelques cours en ligne aux internautes, mais il faut s’y inscrire à une période précise. Une seule plate-forme web met en permanence à disposition de ses utilisateurs un ensemble de moocs : le Site du Zéro, spécialiste du e-learning gratuit. Les deux fondateurs de Simple it, l’entreprise qui gère le site, sont venus présenter ce projet à l’Université d’été du Medef 2013. Avec ce lancement des moocs, courant septembre, le Site du zéro disparaitra pour laisser sa place à openclassroom.com.

Entre 100 et 200 euros pour un certificat

"Une dizaine de cours seront accessibles dès la fin de l’année 2013, dont certains en partenariat avec des universités et des grandes écoles. Le premier sera diffusé dès le mois de septembre et permettra à un débutant d’apprendre à créer un site Internet", détaille Pierre Dubuc, président de la PME. Comment Simple it va-t-elle gagner de l’argent avec ces cours gratuits ? "Les étudiants qui le souhaitent peuvent passer en fin de cycle un examen, qui leur permet d’avoir, s’ils réussissent, un certificat. Pour passer l’épreuve, ils payeront entre 100 et 200 euros."

Qui sera le professeur chargé de transmettre les bases du langage HTML à ces élèves ? Mathieu Nebra, le Directeur Général de la PME et fondateur du site. "C’est mon domaine de spécialité", se justifie-t-il. Pour construire le cours en ligne, ils ont transformé leur entreprise en studio de cinéma pendant une journée. "Caméra, mandarine pour la lumière, c’était du travail très pro", se félicite le jeune homme. Il s’est assis sur un tabouret, face à l’objectif, pour introduire dans des vidéos d’une trentaine de secondes, les concepts développés ensuite dans le cours. Ces prises de vues sont complétées par des "screen casts", de petits films où l’écran est en gros plan.

Des anciens de l’e-éducation

Malgré leur jeunesse (24 et 28 ans) les deux associés ne sont pas des débutants du e-learning. Ils sont aujourd’hui à la tête d’une PME de 25 salariés qui tourne bien. Leur site attire tous les mois 2 millions de visiteurs uniques sur ses pages. Les internautes ont accès à des cours entièrement gratuits, qu’ils peuvent suivre à leur rythme (la plupart ne sont pas des moocs mais des textes écrits).

C’est la communauté des apprenants, comme on les appelle dans le jargon de l’entreprise, qui crée les contenus des cours.  "Chaque apprenant est aussi spécialiste d’un domaine. S’il le souhaite, il peut faire partager son savoir aux autres utilisateur du Site du Zéro", indique Pierre Dubuc. "Mais on a des standards de qualité assez élevés donc on ne retient qu’un quart des contenus qui nous sont proposés", précise Mathieu Nebra.

Outre le nouveau business des certificats que les apprenants vont payer, ce site devenu une grosse machine vit grâce à la publicité. Simple it a aussi élargi son activité à l'édition, et vend désormais des livres papier et des e-books. Les mêmes que ceux qui sont disponibles gratuitement sur le site, mais sous un autre support.

Lélia de Matharel

Un jeune créatif de... 13 ans !

L’idée de créer un site de cours en ligne gratuit et participatif a germé dans la tête de Mathieu Nebra il y a bien longtemps. A l’époque, il était encore M@teo21, jeune apprenti geek de 13 ans. Un beau jour de l’année 1999, il a décidé d’apprendre à construire un site web. Il a cherché des cours gratuits sur Internet. Ce qu’il y a trouvé l’a déçu : mal expliqué ou trop complexe pour un débutant. Le jeune passionné de web fini tout de même par comprendre comment fonctionne le langage HTML. Pour éviter à ses copains – également geeks à leurs heures - de tomber dans le même guet-apens que lui, M@teo21 a décidé d’écrire un cours simple et efficace pour apprendre à des débutants les bases du codage HTML. Le Site du Zéro était né.

 

Partagez l’info :

Publicité

2 réactions

Anarmo

Le 03/09/2013 à 19h00

Malheureusement, les anciens du Site du Zéro (et, donc, les nouveaux de OpenClassrooms !) sont quasiment des zéros de la pédagogie. Il serait temps que l'on s'en rende compte, les preuves ne manquent pas (voilà ce que ça donne quand ils font des cours de maths http://www.youtube.com/watch?v=CW1o1ep6LgQ&list=UUOqwgwgV711_25wHyQ4Tvdg — vous imaginez confier vos enfants à ces professeurs en herbe ?). Les MOOC c'est sans doute très bien, ça dépend comment c'est fait. Mais si Polytechnique en vient à mettre ses cours en ligne à côté de celui que je viens de citer, je pense qu'on peut dire qu'il y a un problème quelque part.

temi5

Le 04/09/2013 à 08h08

Mouais, je ne suis pas convaincue... les « moocs » c'est bien gentil mais est-ce que c'est vraiment destiné à aider les élèves à apprendre ? En plus, les cours du site du zéro sont vachement limités, ce sont essentiellement des introductions. Je suis pas sûre que les deux fondateurs du site soient capables de porter de nouveaux projets de cours plus avancés, pour être honnête. Mais bon, qui vivra verra :)

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus