Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L'IoT, nouvelle locomotive de la SNCF

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour accélérer sa mue digitale, la SNCF met l'accent sur l'Internet industriel. Aujourd'hui, 400 collaborateurs du groupe de transport travaillent sur une cinquantaine de projets IoT à différents stades de développement. Avec l'Internet des objets, le groupe entend améliorer la sécurité de son réseau, la qualité de son service et générer d'importants gains de productivité. Voici comment.

L'IoT, nouvelle locomotive de la SNCF
L'IoT, nouvelle locomotive de la SNCF © CC

La SNCF jette son dévolu sur l'Internet des objets. "Dans notre entreprise, c'est l'IoT qui devient le principal levier de performance et d'efficacité. La vraie révolution technologique c'est l'IoT", a lancé ce jeudi 18 mai 2017, Guillaume Pepy, le président du groupe de transport, lors d'une conférence de presse consacrée à la transformation digitale de l'entreprise, mue à laquelle le groupe va consacrer 900 millions d'euros supplémentaires au cours des trois prochaines années.

 

400 personnes dédiées à l'IoT

"Aujourd'hui 400 personnes à la SNCF travaillent dans l'IoT. Cela représente 50 équipes réparties dans différentes directions du groupe", indique Benoît Tiers, directeur général d'e-SNCF, une nouvelle entité du groupe rassemblant les 4000 collaborateurs des équipes digitales et des systèmes d'information. Aujourd'hui, la SNCF dénombre cinq projets d'internet industriel en phase d'industrialisation, 12 en préindustrialisation et 30 en phase d'expérimentation. "Et 11 de nos technocentres sont engagés dans la transformation de l'usine du futur", ajoute Benoît Tiers.

 

Sur les cinq projets IoT en phase d'industrialisation, on retrouve notamment un système de coupons connectés qui permet de remplacer les thermomètres à mercure. "Avant, on récupérait les données manuellement en faisant des tournées sur les voies chaudes pendant l'été. Maintenant, nous sommes capables de mesurer la température à distance grâce au déploiement de 500 coupons connectés. Cela permet d'améliorer la ponctualité de nos trains car nous réduisons leur vitesse uniquement sur la portion où les capteurs envoient une alerte pour indiquer que la température est supérieure à 45 degrés", détaille Claude Solard, directeur général délégué sécurité, innovation & performance industrielle au sein de SNCF Réseau.

 

Croiser les données pour accélérer la maintenance prédictive

Autre exemple : le déploiement de caméras au sol pour surveiller l'état de santé des pantographes, reliés aux caténaires et qui permettent d'alimenter les trains en courant. "Ce matériel tombe très peu en panne mais lorsqu'il y en a une, c'est la catastrophe. Nous réalisions donc des vérifications périodiques", explique Claude Solard. L'enjeu ici consiste à passer dans une logique de maintenance prédictive. Les caméras sont ainsi connectées et embarquent un logiciel de traitement de l'image autoapprenant capable de détecter d'infimes défauts. Le système a été développé par la start-up GST, basée à Dijon. "Six stations ont été équipées de ces caméras et SNCF Réseau prévoit d'en déployer 40 d'ici la mi-2018", indique Claude Solard.

 

L'accélération des opérations de maintenance prédictive reposera en grande partie sur la capacité de la SNCF à croiser ses données issues de sources variées. Aujourd'hui, l'entreprise travaille sur des données provenant des objets connectés, des smartphones des collaborateurs ou encore des trains de mesure, mais ces données se trouvent dans des silos. Le croisement de ces informations devrait permettre aux équipes de passer d'un modèle descriptif à un modèle prescriptif. "Nous voulons être en mesure de pouvoir prédire où il faut intervenir et quelle est la meilleure intervention à réaliser, si c'est de l'entretien ou de la regénération", explique Benoît Tiers.

 

100 millions d'euros d'économies grâce au numérique

Le géant français de la mobilité voit donc dans l'IoT un moyen d'améliorer la sécurité du réseau et la qualité du service rendu à ses clients, mais aussi de gagner en performance économique. Plus globalement, la SNCF espère, au cours des cinq prochaines années, réaliser 100 millions d'euros de gains de productivité grâce au numérique, dont l'IoT. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

FierDeLaFrance

19/05/2017 15h48 - FierDeLaFrance

Vive la France, vive la SNCF ! :)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale