Actualité web & High tech sur Usine Digitale

L'IoT va bouleverser le monde du retail : la preuve par trois

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Les retailers doivent s'emparer de l'IoT, estime Katarina Hansson, directrice du retail à l'international chez Teradata. Selon elle, le déploiement de l'Internet des objets va permettre d'améliorer l'expérience client, d'optimiser la supply chain et de créer de nouvelles sources de revenus. Exemples à l'appui. 

L'IoT va bouleverser le monde du retail : la preuve par trois
La start-up américaine Focal Systems a développé un chariot connecter pour faciliter les courses au supermarché. © Juliette Raynal / L'Usine Digitale

"L'adoption de l'IoT chez les retailers est lente, mais c'est une étape incontournable. Ils devront investir dans ces nouvelles technologies pour survivre !". Katarina Hansson, directrice du retail chez Teradata passée par Microsoft et Ikea, est catégorique. Lors de la conférence Teradata Universe 2017, qui se tient à Nice du 2 au 5 avril, la spécialiste du digital retail a démontré comment l'IoT pouvait apporter une vraie valeur ajoutée aux distributeurs. Elle s'est appuyée sur trois exemples.

 

1 - Améliorer l'expérience client

C'est le buzz word du moment et l'obsession de toutes les marques : proposer une expérience client sans couture et personnalisée. Comment l'Internet des objets peut servir à atteindre cet objectif ? L'exemple le plus marquant est sans doute l'initiative de la firme de Jeff Bezos avec Amazon Go. Située à Seattle, la boutique sans caisse mêle capteurs, algorithmes de vision par ordinateur et deep learning. Concrètement, il suffit à un client de s'identifier en passant son smartphone (avec l'application Amazon Go ouverte) devant une borne, de remplir son panier, puis de sortir du magasin, sans passer par la case file d'attente. Et si le client retire un produit de son panier, il est automatiquement déduit de sa liste de course.

 

2 - Optimiser la supply chain

"Mais il est impossible de proposer une telle expérience client, sans blinder la partie opérationnelle et notamment la supply chain", prévient Katarina Hansson. "C'est un point que les retailers ont tendance à sous-estimer car ils se concentrent sur la connaissance du client pour déployer une communication 360°", poursuit-elle. "Mais quelle pire expérience pour un client que de se rendre en magasin ou sur un site marchand et ne pas trouver le produit recherché", reprend-elle. La disponibilité des produits est donc une priorité. Pour l'assurer, une connaissance extrêmement fine de l'état des stocks est indispensable. Dans cette optique, Walmart s'est lancé dans une automatisation poussée de ses entrepôts pour vérifier l'exactitude de ses stocks. En 2013, Walmart comptait 1000 robots dans ses entrepôts. Le géant américain en compte désormais 45 000. La technologie RFID est un autre moyen d'avoir une vision très précise de l'état des stocks. Elle est notamment utilisée dans l'univers du prêt-à-porter. Cette traçabilité permet, en outre, d'apporter une série d'informations (où a été fabriqué le produit, quel est son impact sur l'environnement, etc.) dont les clients sont de plus en plus friands.

 

3 - Créer de nouvelles sources de revenus

L'Internet des objets va aussi permettre de créer de nouveaux business models et cela va nécessairement impliquer l'élaboration de partenariats rapprochant des entreprises issues de différentes industries. "A titre d'exemple, on pourrait voir un Auchan s'associer à Mastercard et à Siemens pour permettre aux clients de passer des commandes directement depuis leur frigo connecté", avance Katarina Hansson. Autre exemple, cette fois bien réel, avec Ford qui a noué un partenariat avec Amazon pour connecter ses véhicules à Amazon Echo et permettre aux conducteurs de passer des commandes depuis la route en échangeant avec l'assistant vocal Alexa. En France, aussi, les partenariats entre les acteurs du monde automobile et du retail, se développent. C'est le cas, par exemple, de PSA qui s'est associé à Oney, la filiale bancaire du groupe Auchan, pour faire de la voiture connectée un nouveau moyen de paiement. "Celui qui nouera les bons partenariats le plus rapidement possible remportera la course", prédit Katarina Hansson.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale