Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La Banque Populaire Occitane propose à ses clients de "hacker" l'agence

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Dans le cadre d'un partenariat avec l’association La Mêlée à Toulouse, la Banque Populaire Occitane engage une opération d’innovation ouverte pour inventer les usages, bancaires ou non, de l'agence de demain. Première étape ce 17 mars, avec une séance de créativité collective.

La Banque Populaire Occitane propose à ses clients de hacker l'agence
La Banque Populaire Occitane propose à ses clients de "hacker" l'agence

La Banque Populaire Occitane (groupe BPCE) n'a pas vraiment le choix. "Dans un contexte où les banques enregistrent en France une baisse régulière de la fréquentation de leurs agences, estimée en moyenne de 5% par an sur les dix dernières années, se poser la question "quelle agence demain ?" prend tout son sens", avance d'emblée Philippe Chanez, responsable Innovation à la Banque Populaire Occitane et membre du Comité Open Innovation Toulouse.

 

garder les agences

A l'heure ou certains ont fait le choix du tout digital, la banque régionale (siège à Balma, dans l'agglomération toulousaine et une présence sur 8 départements) a choisi son modèle : "la banque humaine et digitale". Le choix est clair : pas question de fermer ses agences. "Nous avons un ancrage fort sur notre territoire avec un réseau très dense de 215 agences. A nous de valoriser cet atout", résume Philippe Chanez. Et pour prendre les bonnes décisions, la banque a décidé de jouer le jeu de l'open innovation, en partenariat avec La Mêlée, une association toulousaine qui fédère et anime l'éco-système numérique avec un peu plus de 600 adhérents.

 

 

un Hackathon...

Après la Ville, avec "Hack The City" et l'Usine, avec "Hack The Factory", l'association toulousaine, bien rodée à l'organisation de ce type de démarche collaborative de marathon de l'innovation, a donc lancé "Hacker l'agence", avec un premier rendez-vous, ce mardi 17 mars, pour une demi-journée de séance de créativité collective. Dans le cadre, bien choisi pour ce genre d'exercice, de La Cantine Toulouse, une soixantaine de personnes ont été invitées à imaginer ensemble les usages de l'agence bancaire de demain. Parmi elles : une quinzaine de collaborateurs de la banque (du siège, des agences et des fonctions supports), des clients de toutes générations confondues, mais aussi des développeurs, des consultants, des startupers et même quelques dirigeants de grandes entreprises.

 

...Impliquant clients et start-up...

A chacun sa motivation. "Participer à ce genre d'événement nous permet de faire de la veille sur les besoins du marché", témoigne ainsi Alain Maman, directeur des systèmes d'information chez GA, constructeur de bâtiments professionnels. "Les entreprises se plaignent souvent de leur banquier. Pour une fois qu'une banque nous demande notre avis sur l'évolution de ses agences, je trouvais intéressant de donner mon avis", confie pour sa part Jean-Jacques Bois, fondateur et dirigeant de Nanolike, une startup spécialisée dans les nanocapteurs. Pour Emmanuel Ruiz, directeur général de CopSonic, qui a mis au point une technologie de communication sans contact par ultra son, il s'agit plutôt de réseauter, "une façon efficace d'approcher l'écosystème régional".

 

...Pour sortir de la boite

Quant à la vision de l'agence de demain, elle se dessine autour de nouveaux usages. A l'heure où des épiceries de campagne proposent des services bancaires ou postaux, la Banque Populaire Occitane réfléchit pour sa part à ouvrir ses agences à des services non bancaires. Cette demi-journée ouvre la voie. Beaucoup d'idées, pour des espaces plus ouverts, en direction des besoins des usagers.

 

Pourquoi pas des espaces de coworking ou de télétravail, des points de vente de produits locaux, mais aussi des lieux très connectés de rencontres et d'échanges... Toutes les idées ont été recensées et vont permettre de servir de base de travail pour un marathon de l'innovation prévu sur deux jours, les 27 et 28 mai prochains, autour de défis bien définis, avec un objectif : faire émerger le prototype de l'agence bancaire de demain.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale