Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La Tunisie, pionnière sur la blockchain

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A partir du mois de mars, les Tunisiens pourront payer en dinar dans leur pays avec une solution basée sur la blockchain. Une première. 

La Tunisie, pionnière sur la blockchain
La Tunisie, pionnière sur la blockchain © Flick'r

La Tunisie sera en mars le premier pays à autoriser la diffusion virtuelle de sa monnaie nationale via une application fonctionnant grâce à la blockchain, technologie sur laquelle est basé le bitcoin, une crypto monnaie très volatile dont les premières unités ont été émises en 2009.

 

La Poste tunisienne a tissé en ce sens un partenariat avec la start-up suisse Monetas, spécialiste de la blockchain. Elles ont construit ensemble une solution utilisant un registre numérique, partagé par un vaste réseau d'ordinateurs connectés entre eux. Chaque transaction opérée est enregistrée ad vitam aeternam sur le registre (système de la blockchain).

 

carte prépayée

Cette technologie va permettre à La Poste tunisienne d'enregistrer et d'authentifier tous les échanges monétaires réalisés par les utilisateurs de son système e-dinar, un ensemble de services financiers déployés à partir de l'an 2000 avec le soutien de l'Etat tunisien. Pour utiliser le e-dinar, il suffit d'aller dans un bureau de poste et d'ouvrir un compte virtuel.

 

Les utilisateurs du e-dinar se voient remettre une carte prépayée (e-dinar smart, ou e-dinar universel) qui peut être facilement rechargée (avec des dinars) dans les bureaux de poste qui émaillent le pays. Ils peuvent payer avec sur Internet via un ordinateur ou un smartphone, mais également dans des commerces physiques.

 

12 nouveaux marchés en 2016 ?

La Poste tunisienne est la seule entreprise non bancaire du pays à avoir obtenu une autorisation de l'Etat pour accumuler l'épargne de particuliers et opérer des paiements à partir de cette épargne.

 

La plate-forme développée par Monetas avec l'accord des autorités du pays permettra aux utilisateurs de ce système de paiement virtuel e-dinar de payer leurs factures ou de transférer des fonds à un autres utilisateur. Ils pourront réaliser des paiements avec leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur. Les coûts de ces transactions ne seront jamais supérieurs à 0,9% de leur montant, assure Monetas. Pour éviter les transactions illégales, La Poste tunisienne contrôle la circulation de la monnaie.

 

L'entreprise publique a commencé à tester cette nouvelle solution de transfert d'argent en octobre 2015. Ces tests dureront jusqu'en mars 2016, mois où cette plate-forme de paiement sera officiellement lancée. 

 

La start-up suisse travaille actuellement avec plusieurs partenaires africains et pourrait couvrir en 2016 douze nouveaux marchés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale