Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le bac cyberdéfense se généralise en Israël

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Près de 1 000 lycéens israéliens poursuivent une spécialisation en cyber intelligence. Six ans après son lancement, ce programme national est désormais dispensé dans 32 établissements.

Le bac cyberdéfense se généralise en Israël
Le bac cyberdéfense se généralise en Israël

"J’envie les élèves et je regrette que cela n’ait pas existé de mon temps dans mon école...", s’amuse le très droitier ministre de l’Education, Naftali Benett. Un manque de formation qui ne l’a pas empêché de devenir multi-millionnaire après la vente en 2005 d’une start-up spécialisée dans la lutte anti-fraude sur le web

 

Aujourd’hui leader du parti sioniste religieux "Le Foyer Juif", défenseur d’une annexion israélienne quasi-complète de la Cisjordanie, Bennett est aussi un ardent promoteur de la high-tech. Selon le ministre, le bac cyber doit aider à relever "les nouveaux défis du millénaire". Pour tous les pays et pour Israël en particulier, la cybersécurité est une priorité absolue. Que ce soit pour contrer les cyber-attaques ou pour surveiller l’activité virtuelle des ennemis d’Israël, les contingents doivent être nombreux et formés à toute épreuve.

 

Cybersécurité dès la classe de seconde

Depuis vingt ans, l’armée sélectionne ses pépites de l’informatique dans la fameuse unité 8200, pépinière de nombreuses success story dans la high-tech.  En 2010, le ministère de l'Éducation et l’armée israélienne décident de commencer la sélection et la formation davantage en amont. Ils unissent leurs compétences et mettent en place une formation de cybersécurité au lycée, dès la seconde. Des initiatives pilotes sont alors lancées, en particulier dans la région de Tel-Aviv, haut lieu de la "start-up nation". Neuf heures par semaine, les élèves apprennent le processus de recherche d'informations, l'extraction, le traitement des données, la protection du réseau ou encore le cryptage. Comme tous les lycéens israéliens, ils apprennent aussi l’hébreu, l’histoire, l’anglais et une autre langue de leur choix. L’arabe ou le persan peuvent être un bonus non négligeable.


Devant les résultants probants, le programme est généralisé en 2016 et devient une formation d’excellence. "Nous sélectionnons sur dossier les meilleurs élèves", précise à l’Usine Digitale Sarah Sharon, professeure d’informatique appliquée dans un lycée à Modiin (région de Jérusalem). "Les critères sont bien évidemment les aptitudes des élèves pour les mathématiques mais aussi les options informatiques dispensées au collège et en seconde", poursuit cette ancienne informaticienne du secteur privé. Ceux qui ne sont pas retenus pourront se spécialiser sur des filières informatiques plus basiques tels que l'ingénierie ou le développement.

 

initiation à l'informatique dès l'école élémentaire

En Israël, de nombreuses formations en informatique sont proposées aux plus jeunes. A partir de six ans, de jeunes élèves peuvent suivre des cours d’initiation. Au collège, on peut apprendre à coder, à créer des robots, à se familiariser avec plusieurs logiciels. Une illustration du pragmatisme israélien, plus tourné vers la rencontre de l’offre et de la demande que le sens critique ou la culture générale. Mais aussi de l’esprit "start-up", comme l'explique Sarah Sharon : "On accorde plus d’importance à leur capacité à apprendre par eux-mêmes. On met à leur disposition tous les outils nécessaires et ils choisissent le langage et le système informatique de leur choix. A la fin du cursus, ils sont jugés sur un projet qu’ils ont choisi et qu'ils pilotent de A à Z. Des professionnels du secteur privé les accompagnent tout au long de leur dernière année".

 

Les meilleurs rejoindront pour leur service militaire (trois ans pour les garçons, deux ans pour les filles) la prestigieuse unité 8200, un tremplin pour leurs études et leur vie civile.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale