Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le champion caché français de l'IoT Actility lève 70 millions d'euros

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Pas aussi connu que Sigfox, Actility suit pourtant une trajectoire similaire. La société basée à Lannion (22), spécialiste des réseaux IoT et pilier de l'alliance LoRa, a bouclé sa quatrième levée de fonds d'un montant de 75 millions de dollars (70,5 millions d'euros). Elle compte recruter une cinquantaine de personnes en 2017.

Le champion caché français de l'IoT Actility lève 70 millions d'euros
Olivier Hersent, CTO, et Mike Mulica, CEO d'Actility. © Actility

La France ne manque pas de champions dans le domaine des objets connectés ! L'un des plus actifs, mais plutôt côté coulisses, se nomme Actility. La société, dont le siège social se trouve à Lannion (22), confirme sa montée en puissance avec le bouclage d'une quatrième levée de fonds, d'un montant de 75 millions de dollars (70,5 millions d'euros). L'industriel Bosch, le fonds d'investissement de la famille Mulliez Creadev et le spécialiste du suivi des télécommunications par satellite Inmarsat entrent au capital, aux côtés des actionnaires actuels Foxconn, Swisscom, Orange, KPN, Idinvest et Ginko Ventures. Le fonds Ecotechnologies, géré par Bpifrance dans le cadre du programme des investissements d'avenir, participe aussi à l'opération à hauteur de 10 millions d'euros. Actility a dû réfréner les ardeurs de ces investisseurs pour ne pas dépasser l'objectif de la levée et trop diluer le poids des actionnaires historiques.

 

Un orchestrateur de l'ombre

Avec ses (nombreux) actionnaires, Actility va continuer à se développer sur de multiples maillons de la chaine de valeur de l'IoT : le déploiement de réseaux bas débit longue portée pour le compte d'opérateurs (Actility se trouve derrière 95% des infrastructures de réseau LoRaWAN publics dans le monde et compte parmi ses clients Orange, Comcast, NTT, Softbank, Swisscom, Proximus…),  la supervision de ces réseaux, l'activation et le déploiement de capteurs, et même la vente d'objets connectés à travers sa plate-forme en marque blanche ThingPark Marketplace.

 

Sur tous ces marchés, Actility joue le rôle d'orchestrateur. Il n'opère pas en son nom propre mais fournit des briques technologiques et business à des tiers. Et il excelle dans ce domaine. "Nous signons un nouvel opérateur par mois en moyenne", s'enthousiasme Olivier Hersent, fondateur d'Actility et CTO. Actility va bientôt leur fournir des outils pour déployer rapidement des réseaux LTE-m et NB-IoT.

 

développer les cas d'usage industriels, notamment dans l'énergie

La société croit beaucoup au développement de réseaux privés LoRa pour les entreprises dans les prochaines années. "Ils vont se multiplier au fur à mesure de l'essor des cas d'usage IoT", assure Olivier Hersent. "Les picocells, mini stations de base qui amplifient le réseau, permettront la densification des réseaux à la demande dans des usines, des aéroports, des campus…" La société française va aussi travailler avec Inmarsat pour couvrir en LoRa les zones non atteintes par les antennes terrestres grâce au satellite. "Cela permettra le tracking d'actifs sur les mers, en plus du suivi terrestre".

 

Actility compte aussi muscler son offre Energie. Son fondateur juge que "la connectivité et le stockage vont transformer en profondeur le monde de l'énergie". La scale up française veut jouer un rôle dans cette révolution. Ce qui peut expliquer en partie l'investissement du fonds Creadev (fonds d'investissement des Mulliez), puisque une marque de la galaxie familiale (Leroy-Merlin) s'intéresse particulièrement à l'IoT dans la maison et dans l'énergie. Cela explique également la participation du fonds Ecotechnologies, lié à l'Ademe.

 

On le voit, le Français ne manque pas de projets et il va avoir besoin de bras et de cerveaux pour les mettre en œuvre. Il prévoit  une cinquantaine d'embauches rien qu'en 2017 partout dans le monde. Actility dispose d'équipes en France (141 salariés à Lannion, Paris, Lyon, Caen), et dans une dizaine de pays (avec près de 40 employés). L'entreprise dit avoir réalisé 16 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 et entend doubler ses revenus d'année en année.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale