Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le commerce en ligne sur mobile a doublé en 2015

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Étude Infographie Une étude réalisée pour RetailMeNot indique que la valeur des ventes réalisées en ligne a globalement progressé en 2015. En particulier, les ventes depuis un smartphone ou une tablette sont de plus en plus fréquentes. La baisse du panier moyen n'obère pas la croissance de ce marché, le nombre d'utilisateurs continuant d'augementer. 

Dans le climat économique morose, il est une corporation pour laquelle 2015 n’a pas été une anus horribilis : les e-commerçants. Selon une étude réalisée par le Center For Retail Research (CRR) pour RetailMeNot (*), les ventes en ligne ont atteint 36,5 milliards d’euros de recettes totales, soit une progression de 17 % en un an. Ce résultat place la France en troisième position dans l’Union européenne, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

 

Derrière ce bon résultat pour le commerce en ligne en général se trouvent des évolutions contrastées selon le type de terminal utilisé pour opérer ces achats, avec le recours croissant au smartphone. Pour l’heure les achats par ordinateurs interposés restent largement majoritaires.

 

De plus en plus de commerce sur mobile 

En 2015, le commerce mobile a doublé en valeur pour atteindre 7 milliards d’euros, contre 3,7 un an auparavant. Autrement dit, chaque acheteur français sur mobile dépensait 282.85 euros en 2014, 521.77 en 2015 et il devrait continuer dans sa fièvre acheteuse avec une facture annuelle de 711.67 euros en 2016.

 

Cet indicateur ne doit toutefois pas masquer que "un des facteurs de cette croissance est le taux d’équipement [en smartphone] qui a continué de croître", selon les auteurs de l’étude, qui remarquent qu’à 58 %, il reste 4 points en dessous de la moyenne européenne.

 

Pour la France, cela représente une dépense moyenne par acheteur en ligne de 1002 euros par an. Pour la première fois, la barre symbolique des 1000 a été franchie en 2015. En 2016, le montant des achats en ligne devrait augmenter de 8,2 % pour atteindre 1085 euros.

 

Mais cette évolution révèle davantage une banalisation des achats en ligne qu’une montée en prix des transactions réalisées. En effet, les auteurs de l’étude ont calculé qu’en moyenne, un acheteur français réalisait 16,9 achats en ligne par an en 2015. Ils prévoient 18.7 achats pour 2016. En revanche le montant du panier moyen a baissé (57,97 euros en 2015 contre 59,22 euros en 2014 et la tendance à la baisse devrait se confirmer).


Un panier moyen en recul mais plus de transactions

Les évolutions sont de même nature pour les achats sur mobiles et tablettes. Pour le nombre de transactions, l’ampleur du phénomène est plus grande encore : le nombre d’achats par an quasiment a quasiment doublé, de 5,7 à 10,5 par acheteur mobile.

 

Avec son smartphone, on réalise des achats de moindre valeur, le panier moyen étant estimé à 49,74 euros en 2015. En 2016 il reculera à 47,54 euros.

 

Avec ces résultats, les auteurs de l’étude estiment que les ventes sur Internet représentent désormais 9,2 % des ventes totales. Résultat : malgré une baisse de 1,2 % des affaires réalisées dans les boutiques, la croissance globale (sur le web et dans les boutiques) reste positive, à +1,3 % pour l’ensemble de la vente de détail.

 

(*) L'étude concerne huit pays européens (France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède) et en Amérique du Nord. 

              

Partout le mobile progresse
En matière de vente sur mobile, il n’y a pas d’exception française. Partout dans les pays étudiés, la croissance est soutenue pour les ventes annuelles mobiles par acheteur. En Europe, elles ont progressé de 69,4 % en 2015 et devraient augmenter de 32,1 % en 2016, si bien qu’elles auront doublé en deux ans.
L’évolution est quasiment de même ampleur pour les Etats-Unis (+52,8 % et 36,3 %) ou le Canada (+47,5 % et +37,6 %).
La différence vient du montant des achats annuels par acheteur : aux Etats-Unis, il atteindra 924.56 euros en 2016, mais les champions selon l’étude sont les Britanniques, où ce montant sera de 1074,10 euros en 2016.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale