Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le coup de gueule de France Digitale contre l'inculture numérique de certains députés

| mis à jour le 29 février 2016 à 09H13
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Tribune France Digitale s'inquiète du niveau de culture - ou plutôt d'inculture - numérique de certains députés français et tient à le faire savoir à travers cette tribune rédigée rédigée par Jean-David Chamboredon CEO d'ISAI et co-président de l'association regroupant investisseurs et entrepreneurs français.

Le coup de gueule de France Digitale contre l'inculture numérique de certains députés
Le coup de gueule de France Digitale contre l'inculture numérique de certains députés

Le projet de loi République Numérique porté par Axelle Lemaire, notre Secrétaire d’Etat, auquel France Digitale a contribué, a été voté en première lecture à l’Assemblée Nationale. Son processus législatif fut novateur, il contient de réelles avancées (open data, neutralité du net…) mais nous restons insatisfaits de la façon dont ont été traités certains enjeux (portabilité des données, traitements automatisés des emails et "loyauté des plateformes"). Nous espérons que la navette avec le Sénat permettra de rendre ce projet de loi favorable à la fois au consommateur et à l’essor de l’économie numérique…

 

Un amendement à ce projet de loi, certes anecdotique, mérite cependant d’être souligné tant il est révélateur de l’incurie de certains nos députés. Il valait, à lui seul, un "coup de gueule" pédagogique !

 

Le 15 janvier, les députés Zumkeller, Pancher, Sage, Benoit, de Courson, Degallaix, Favennec, Folliot, Gomes, Meyer Habib, Hillmeyer, Sonia Lagarde, Jean-Christophe Lagarde, Maurice Leroy, Piron, Reynier, Rochebloine, Tahuaitu, Tuaiva, Vercamer et Philippe Vigier ont déposé un amendement introduisant dans le code de consommation l’interdiction de "collecter des données personnelles lors d’une connexion sur les réseaux de communications électroniques afin de géolocaliser l’internaute et de lui proposer une publicité ciblée". Cet amendement n’a pas été soutenu par ses auteurs mais le simple fait qu’il ait été déposé est affligeant voire effrayant !

 

Peut-être, Mesdames & Messieurs les Députés, avez-vous pensé que les dégâts d’une telle interdiction allaient seulement être supportés par quelques géants Américains de l’internet et quelques startups françaises ? Vu de vous, cela n’aurait sans doute pas été bien grave !

 

Avez-vous pensé, Mesdames & Messieurs les Députés, que d’innombrables éditeurs de contenu (y compris la presse traditionnelle) comptent sur les revenus publicitaires pour "vivre" ? Avez-vous imaginé que le ciblage géographique (comme tout ciblage anonyme) permet une monétisation unitaire supérieure qui leur permet d’améliorer leur ratio "chiffre d’affaires/pression publicitaire" ? Souhaitez-vous que tous multiplient encore les espaces publicitaires non ciblés pour "survivre" ? Serait-ce l’intérêt du consommateur ?

 

Avez-vous pensé, Mesdames & Messieurs les Députés, que mon ami vendeur de cycles dans le Béarn (il se reconnaîtra), ne pourrait plus utiliser l’internet comme outil marketing si le ciblage géographique était banni ? Souhaitez-vous que tous les business de proximité restent à l’écart de la transformation digitale et constatent année après année une érosion inéluctable de leur activité au profit des enseignes nationales et des acteurs du e-commerce ? Vous êtes des élus locaux, non ?

 

Qui vous a suggéré cette ineptie ? Qui avez-vous consulté ? Comment avez-vous osé improviser de la sorte alors qu’il s’agissait de rédiger une loi qui s’imposera à tous ?

 

Cette micro-affaire me rappelle furieusement celle de la "taxe Google" dont les premières victimes eurent été les annonceurs Français alors qu’était visée la multi-nationale de Moutain View… Attention Mesdames et Messieurs les Parlementaires, quand on prend un couteau à l’envers, ça coupe !

 

Jean-David Chamboredon, co-président France Digitale & CEO ISAI

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

4 commentaires

Chesnot

28/08/2016 11h48 - Chesnot

Mais quand on s'appelle "Usine Digitale", n'est-on pas soit-même totalement ignorant ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

FranswaR

24/02/2016 10h55 - FranswaR

Bien le bonjour. Personnellement, je n’en peux plus de la publicité, je ne regarde plus la télévision à cause de ça, j’ai mis un no-pub sur ma boite aux lettres, et coupe la radio quand les publicités commencent (je n’écoute plus RTL à cause de sa quantité de pubs.). Je n’en peux-plus des spams de toutes sortes, de pop-ups, des appels téléphoniques et de la collecte de mes données personnelles. Je retourne faire mes courses chez les petits commerçants et fermiers du coin, je refuse les cartes de fidélité, je ne donne pas mon adresse à la caissière quand je me trouve (ça m’arrive encore) dans un super marché… Je pense au contraire qu’il faut payer le juste prix des choses mais que le marketing et la publicité ne sont que harcèlement au quotidien et poussent à une ubérisation de notre industrie en nous vendant du superflu pour prodiure plus avec des ressources qui s’ammenuisent. Le numérique doit être au service de l’humain et pas au service du profit. les députés Zumkeller, Pancher, Sage, Benoit, de Courson, Degallaix, Favennec, Folliot, Gomes, Meyer Habib, Hillmeyer, Sonia Lagarde, Jean-Christophe Lagarde, Maurice Leroy, Piron, Reynier, Rochebloine, Tahuaitu, Tuaiva, Vercamer et Philippe Vigier ont donc largement raison à mon sens, c’est vous qui vous fourvoyez, une autre route dans le respect des consommateurs est possible !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Malard C

28/08/2016 13h07 - Malard C

Bien d'accord avec vous !

Signaler un abus

Florent B

23/02/2016 13h15 - Florent B

Lisant ceci je dirais un partout la balle au centre. En effet, si je comprends bien, certains veulent collecter les données personnelles et géolocaliser les gens. En extrapolant retrohistoriquement (si je puis dire) c'est un peu comme si, dans l'ère d'avant, on aurait voulu aller lire le courrier ou les relevés d'achats ou de compte des particuliers en regardant par la fenêtre (ou en passant par la cheminée lol et pas seulement dans la nuit du 24 décembre) et aussi suivre les gens dans la rue, les surveiller, les obliger à pointer partout, enfin toutes sortes de choses du style Big Brother qui paraissent normales donc. Admettons. Là où ces certains-là prennent le bâton pour se faire battre, c'est avec l'inculture. En effet, il est sans doute bon de leur rappeler qu'utilisant la langue française, le mot "digital" n'est pas approprié pour leur exposé (il se rapporte aux doigts) et qu'il faut utiliser le mot "numérique". Ce n'est pas bien grave, nombreux sont aussi ceux qui emploient le mot "média" à tort, mais cela fait tache quand on veut donner des leçons. Cordialement.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale