Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le japonais Asics rachète Runkeeper... et les données des 33 millions de runners qui l'utilisent

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Asics accélère dans la data et les wearables. Il acquiert l'éditeur d'applications pour le running Runkeeper, pour un montant inconnu.

Le japonais Asics rachète Runkeeper... et les données des 33 millions de runners qui l'utilisent
Le japonais Asics rachète Runkeeper... et les données des 33 millions de runners qui l'utilisent © Jason howie - Flickr CC

Quatrième équipementier mondial derrière Nike, Adidas et Puma, le japonais Asics mise sur l'innovation pour gagner du terrain. Après avoir investi dans le spécialiste français du textile connecté Cityzen Science, le Nippon annonce le rachat de la société américaine Runkeeper, créée en 2008. Son application mobile permet d'enregistrer l'activité de l'utilisateur, avec reconnaissance de la marche, de la course à pied ou encore du vélo.

 

Adidas avait opéré un rapprochement similaire il y a quelques mois en s'emparant d'un autre acteur américain du marché : Runtastic. Nike avait un temps lancé une gamme de bracelets connectés sous sa propre marque mais a finalement renoncé au hardware pour se concentrer sur les applis.

 

La donnée pour façonner "la marque de fitness du futur"

Asics ne cache pas l'enjeu de ce rachat : engranger une grande quantité de données au plus près de ses clients, afin de leur proposer des produits et expériences toujours plus en phase avec leurs pratiques et intérêts. Asics va aussi pouvoir accéder à la communauté de 33 millions d'utilisateurs Runkeeper enregistrés afin de leur proposer des produits en phase avec leurs habitudes sportives.

 

Le fondateur de Runkeeper Jason Jacobs voit en cette alliance d'un acteur du monde physique et d'une application mobile la bonne façon de "créer la marque de fitness du futur" : "Celle-ci ne se contentera pas de fabriquer des produits physiques, mais s'intègrera totalement dans les activités quotidiennes du consommateur pour mieux le motiver et cultiver son intérêt pour la pratique sportive. En rapprochant les deux pièces du puzzle – une plate-forme digitale et des produits physiques – on peut créer un nouveau type de marque de fitness qui a une relation de confiance, plus en profondeur avec le consommateur et s'adresse eux de manière bien plus efficace."

 

La marque Runkeeper va perdurer après le rachat, elle disposera même de davantage de moyens pour aller plus vite et proposer davantage de nouvelles fonctionnalités et applis, promet son fondateur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale