Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le numérique, une matière scolaire comme une autre

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Infographie Six Français sur dix sont favorables à une évaluation des élèves sur leurs savoirs numériques, révèle le baromètre "Les rendez-vous de l’innovation", réalisé par Odoxa pour le Syntec Numérique, en partenariat avec L’Usine Digitale, BFM Business et 01Net. Dans l’esprit des Français, le numérique serait donc devenu une matière comme une autre, avec ses sujets (bureautiques, culture numérique, technologie d’internet, économie, code…) qui apparaissent plus au moins important de maîtriser… et donc d’évaluer.

Le numérique, une matière scolaire comme une autre
Le numérique, une matière scolaire comme une autre © Flickr c.c. - SalFalko

Dans sa dernière étude PISA, dévoilée le 15 septembre, l’OCDE s’interroge sur l’incidence des nouvelles technologies sur la performance des élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences. Tout en mettant en question la qualité et le bon usage des outils mis actuellement à disposition des élèves de 15 ans (enquête réalisée en 2012), l’auteur du rapport estime que la technologie est "le seul moyen d’élargir au maximum l’accès à la connaissance" et qu’elle peut être "utilisée au service des nouvelles pédagogies plaçant les apprenants au coeur d’un apprentissage actif".

 

Une formation au numérique dès le secondaire

 

Convaincu de la valeur ajoutée du numérique comme support pédagogique pour l’enseignement secondaire, Syntec Numérique est aussi engagé à diffuser une culture numérique auprès des écoliers. C’est la raison pour laquelle nous avons, à l’occasion de cette rentrée scolaire, lancé un sondage sur le besoin d’évaluation des "savoirs numériques". Premier enseignement: l’idée d’une formation au numérique dans le secondaire fait son chemin dans la société française. En effet, une majorité de nos concitoyens (59 %) souhaite que les savoirs numériques soient désormais évalués au collège ou au lycée. Evaluation qui suppose, bien sûr, des enseignements spécifiques préalables.

 

Les savoirs numériques se rapprochent ainsi des savoirs fondamentaux que les parents attendent de l’Education nationale. Une demande sans doute motivée par les débouchés professionnels et les perspectives de carrière qu’offre le numérique aux futures générations de travailleurs. Plus généralement, les parents prennent progressivement conscience de l’usage quotidien du numérique dans l’ensemble des secteurs d’activité et de leur nécessaire maîtrise.

 

Les Français favorables à des savoirs transversaux

 

En effet, les personnes sondées se déclarent surtout favorables à des savoirs utiles pour tous les secteurs d’activité (traitement de texte, tableurs, présentation…) ou favorisant une littératienumérique (vie privée, comportement sur les réseaux sociaux, propriété…). En revanche, on note un moindre intérêt pour l’évaluation de savoirs liés au fonctionnement de l’économie numérique ou de la programmation. Pourtant, ces savoirs sont complémentaires et s’intègreraient parfaitement avec d’autres cours traditionnels du secondaire (mathématiques, sciences économiques et sociales, physique-chimie, français…). Ils permettraient également de sensibiliser les élèves à la révolution numérique, pourvoyeuse d’emplois et de perspectives de carrière.

 

Une évaluation dès le collège

 

Deuxième enseignement: une très large majorité de Français (70 %) attend une évaluation des savoirs numériques dès le collège, plutôt en 4eou 3e. Ce qui confirme le besoin d’un socle de base des savoirs numériques, quitte à l’affiner tout au long du parcours des élèves et des étudiants. Troisième enseignement: dans l’apprentissage de ces savoirs, les entreprises ont clairement un rôle à jouer. Un tiers des Français leur attribue un rôle «d’équipementier» (fourniture de tablettes, de logiciels), le numérique étant avant tout perçu comme un vecteur d’acquisition des connaissances, au même titre que le livre, et moins comme une matière à enseigner en tant que telle.

 

La filière prête à accompagner les élèves

 

Les personnes sondées sont également favorables à une relation directe entre les entreprises et l’école, qu’il s’agisse d’une intervention dans certains cours de professionnels (24%) ou d’accueil d’élèves dans le cadre de stages obligatoire dans des entreprises du numérique (25%). Les Français confirment ainsi leur intérêt à ce que les élèves puissent être sensibilisés le plus tôt possible aux métiers du numérique, les stages de découverte en 3eétant le cadre d’expérimentation tout désigné pour mieux comprendre la richesse et la diversité des métiers du numérique.

 

Pour faciliter l’information des collégiens, l’accès aux stages et l’accompagnement des stagiaires, Syntec Numérique a mis en place un plan ambitieux à destination des collégiens et des équipes pédagogiques.

 

Muriel Barnéoud
Présidente du Collège éditeurs de Syntec Numérique

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale