Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le.Taxi effectue ses premiers tours de chauffe à Montpellier

| mis à jour le 24 mars 2016 à 14H18
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L’Etat a lancé officiellement le 22 mars la plateforme Internet Le.Taxi à Montpellier, où elle est testée depuis plusieurs mois. Ce registre centralisé de disponibilité des taxis, faisant appel à la géolocalisation, se veut un "élément-clé de la modernisation du secteur" et un atout face aux VTC. Disponible pour les clients via des applications partenaires agréées, ce service de maraude électronique devrait être accessible dans les prochaines semaines dans la plupart des grandes agglomérations, selon le gouvernement.

Le.Taxi effectue ses premiers tours de chauffe à Montpellier
Le.Taxi effectue ses premiers tours de chauffe à Montpellier © capture / SGMAP

"Un clic, un taxi !" C’est la promesse de la plateforme Internet Le.Taxi développée par la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières et le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique. Lancé le 22 mars à Montpellier, ce nouveau service n’est pas une application, mais "un registre national de géolocalisation", une base de données répertoriant les taxis inscrits via un opérateur de taxi agréé (sont en cours d’agrément des centraux radios comme Taxis G7, Taxis Marseillais, Alpha Taxis...). Selon l’Etat, 2 000 chauffeurs y seraient déjà inscrits, 100 s’inscrivent chaque jour et 30 000 sont susceptibles à terme d’être référencés.


Hep, taxi !

Le développement a été l’œuvre d’une start-up d’Etat (incubée par le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique) qui a mobilisé une équipe de 4 personnes : un directeur de projet du ministère de l’Intérieur, un spécialiste des et deux informaticiens.

 

L’Etat met gratuitement ce registre à disposition des éditeurs d’applications agréées. Pour héler un taxi depuis son smartphone, 24 heures sur 24, le client ouvre l’une des applications agréées, se géolocalise, repère les taxis les plus proches et clique sur celui de son choix. Au chauffeur ainsi hélé de confirmer la prise en charge via son terminal embarqué ou une application. Le client, qui règlera directement le chauffeur en fin de course, n’a - en principe - plus de course d’approche à payer. Petit plus : il peut aussi noter la qualité du service (de 0 à 5 *).

 

À Montpellier - unique ville de France où le service est disponible aujourd’hui - entre 150 et 200 taxis se sont inscrits au registre (via en particulier les opérateurs TRAM Montpellier et Taxi Bleu du Midi) et le service est testé depuis décembre 2015. Deux applications smartphone sont partenaires à ce jour : tedyCab, éditée par Transdev Digital Factory, et Zaléou, développée par IXXI, une filiale de la RATP. Mon appli taxi et TaxiProxi sont bientôt disponibles.

 

accueil partagé des taxis

Chez les chauffeurs de taxi montpelliérains interrogés le lendemain du lancement à la station de la gare Saint-Roch, les réactions sont partagées : "Cela nous fournira davantage de clients, c’est sûr, pense un premier chauffeur. Ce sont surtout les jeunes qui l’utilisent. La mamie, elle, veut la carte de visite..." Un autre chauffeur montre moins d’enthousiasme : "Je n’ai eu que des bugs : pas d’adresse et les deux téléphones que j’ai appelés n’ont pas répondu... " Un troisième a bien installé le système mais a choisi de le désactiver (il n’est donc pas "visible via les applications). "J’ai suffisamment de travail... " Tous se retrouvent au moins sur un point : la nécessité de trouver des solutions pour affronter la "concurrence déloyale" des VTC.

 

La plateforme Le.Taxi devrait entrer en service "dans les prochaines semaines dans la plupart des grandes agglomérations" selon le communiqué, en particulier Paris, Lille, Lyon, Marseille et Rennes, dès qu’un nombre suffisant de chauffeurs y sera référencé.

 

Mais l'Autorité de la concurrence, dans un avis rendu le 24 mars,  met en garde : "le gouvernement n'est légitime à intervenir que sur le marché de la maraude. Le.taxi doit garantir l'étanchéité entre les offres sur le marché de la maraude et les offres sur celui de la réservation préalable. L'universalité du dispositif doit être préservée".  A bon entendeur.

 

Pour aller plus loin
Décret d’entrée en vigueur du registre national de disponibilité des taxis, le 22 mars 2016 au Journal Officiel 
Loi Thévenoud du 1er octobre 2014 relative aux taxis et VTC,

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Mr Tillier

24/03/2016 09h26 - Mr Tillier

C'est simplement un site contenant des liens vers des applications existantes. Cela semble redundant. Une recherché sur google app contourne ce site plus rapidement

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale