Actualité web & High tech sur Usine Digitale

LeadBees, la solution connectée qui gère les ruches à distance

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En Polynésie française, les start-up sont encore très peu nombreuses… Et encore moins dans le numérique. Dans le cadre du Digital Festival Tahiti 2017, seules deux jeunes pousses tahitiennes exposaient leur savoir-faire. Parmi elles, Aware qui a développé la solution LeadBees, une plate-forme numérique destinée à la gestion des ruches d’abeilles à distance. Rencontre avec Kevin Besson, son fondateur.

LeadBees, la solution connectée qui gère les ruches à distance
LeadBees a été présentée lor sdu premier Digital Festival Tahiti, qui s'est tenu du 116 au 18 mars 2017. © SMG

Kevin Besson est féru de nouvelles technologies. "Mon rêve a toujours été de tout piloter. Plus jeune, je démontais les jouets de mes frères et sœurs pour récupérer les composants électroniques. J’ai commencé à équiper ma chambre et à créer des lignes de commandes à distance de mes lampes…", explique-t-il. Geek et 100 % autodidacte, il n’en reste pas moins connecté avec la nature. "J’ai mon propre potager, des arbres fruitiers, un jardin avec des poissons"… Et désormais des ruches.
 

LeadBees, une gestion responsable et connectée pour l’apiculture

Passionné par l’écosystème et l’intelligence des abeilles, mais aussi par leur impact sur la nature, il a décidé – après s’être focalisé sur la smart-home et l’installation de capteurs domotiques chez les particuliers – de lancer LeadBees, une plate-forme numérique destinée à la gestion des ruches à distance. Son idée : fournir une solution de gestion responsable des abeilles, de la production de miel, et lutter contre les maladies, notamment le varroa, qui inquiète la population.

Installés dans les ruches, des capteurs mesurent l’humidité, la température, le poids… "Nous récupérons ainsi le maximum de données pour mieux comprendre et analyser l’activité des abeilles", explique-t-il. Ces données sont ensuite renvoyées sur une plate-forme dans le cloud et restituées en live sur un écran. Avec cette solution qui intègre la technologie Lora, Kevin Besson vise trois applications principales.

 

Trois applications visées

Le premier volet vise à accompagner l’apiculteur dans la gestion de sa production de miel, la supervision de son rucher pour identifier des emplacements plus utiles que d’autres, les éventuels problèmes de maladies… Cela concerne principalement les professionnels. "L’apiculteur particulier va quant à lui pouvoir bénéficier d’un accompagnement de manière itérative qui va lui permettre de définir le meilleur emplacement de sa ruche, le positionnement par rapport au soleil…", ajoute Kevin Besson.

Le second volet vise les organismes gouvernementaux. L’idée : récupérer les données pour dresser des statistiques (anonymes), obtenir une visibilité de la production agricole locale, mais également, en cas d’épidémies ou de maladies, de géolocaliser les ruches pour identifier celles qui sont impactées et ainsi prévenir les apiculteurs.

Le troisième axe porte quant à lui sur la recherche scientifique, afin de mieux comprendre le comportement des abeilles, notamment. "Cela permet de dresser des tendances et d'anticiper, par rapport à la météo, à l’environnement…Par exemple, lors des dernières inondations, j'ai pu mesurer qu'une semaine de pluie m'avait fait perdre 2kg de miel", souligne-t-il.


Une start-up à structurer

LeadBees est en test depuis septembre 2016. Kevin Besson a installé des capteurs dans ses propres ruches dans son jardin.  Avec la remontée des informations en temps réel, il fait ainsi évoluer le produit au fur et à mesure. A 29 ans, le jeune start-upper a tout misé sur ses économies. "J’avais un emploi salarié, j’ai économisé et pris le risque de me lancer en 2014 avec les solutions domotiques", avoue-t-il. Prochaine grande étape : démarcher les apiculteurs, une population estimée à 250 en Polynésie française, mais à 6,6 millions dans le monde, soit 50 millions de ruches environ. Un beau potentiel ! Mais avant cela, Kevin Besson compte sur 2017 pour se structurer et commencer à se faire connaître. Cela commence par le Digital Festival Tahiti 2017.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale