Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Legrand accélère dans les objets connectés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Legrand lance un programme pour accélérer le développement de son offre connectée. Le spécialiste de l'infrastructure électrique et numérique du bâtiment compte bien surfer sur la vague de l'internet des objets.

Legrand accélère dans les objets connectés
Legrand testait de nouvelles interfaces homme-machine à la biennale du design. © Aurélie Barbaux

Il s'appelle Eliot. Contraction d'"électricité" et d'"IoT", Internet of Things, l'internet des objets, explique Gilles Schnepp, le PDG de Legrand, aux journalistes réunis ce mercredi 8 juillet pour assister au lancement de ce programme de développement des objets connectés. Convaincu que l'internet des objets est devenu un marché de masse à l'intersection des grandes tendances sociétales et technologiques, Legrand veut accélérer le développement de son offre connectée. D'autant que "le bâtiment sera un élément clé de l'internet des objets", assure Benoît Coquart, directeur de la stratégie et du développement.

 

La stratégie du groupe repose sur deux constats : "il n'y a pas d'objets connectés sans une infrastructure numérique solide et les produits doivent devenir connectés pour proposer plus de valeur", résume Patrice Soudan, directeur général adjoint. Legrand en tire deux objectifs : continuer à croître plus vite que la moyenne du groupe dans les solutions pour infrastructures numériques grâce à la poursuite d'acquisitions ciblées (7 depuis 2010) et à de nouveaux produits ; obtenir une croissance à deux chiffres en moyenne d'ici à 2020 dans les ventes de produits connectables à travers le programme Eliot qui vise à étendre l'offre à 40 familles de produits (sur 81) d'ici à 2020, contre 20 aujourd'hui.

 

"Foisonnement d'innovations"

 

"Vous allez sentir cette accélération, promet Gilles Schnepp qui annonce un foisonnement d'innovations au second semestre 2015 et en 2016. Parmi les exemples présentés : des blocs d'éclairage connectés et des onduleurs qui permettent un contrôle à distance de leur fonctionnement ; des prises connectées qui font remonter les consommations d'énergie ; des terminaux qui mesurent et transmettent les signes d'activité des personnes âgées ; un portier vidéo et un carillon connectés destinés à remplacer les équipements traditionnels ; une solution de paramétrage de régulateurs sans contact via un smartphone… "Eliot va probablement nous emmener assez loin", prévient Bruno Barlet, directeur France de la marque.

 

Legrand restera pour autant dans son coeur de métier : "Nous ne sommes pas dans les 'wearables' [lunettes, montres et autres petits accessoires connectés, NDLR], prévient Gilles Schnepp. Il n'y a pas le Legrand d'aujourd'hui et un futur Legrand qui aura un catalogue séparé. Ce sont nos offres que nous enrichissons de solutions connectées." Et le PDG d'insister : "Le monde des objets connectés est plus large et plus 'pro' que ce qu'on peut penser au vu de la multiplication des objets grand public". Un chiffre à l'appui de ses dires : selon iot-analytics, le marché des objets connectés est à 60% dans le BtoB.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale