Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les 3 start-up israéliennes de la réalité augmentée qui rêvent d'un destin à la Cimagine, racheté par Snapchat

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Après Cimagine, d’autres start-ups israéliennes prennent leur rêve pour une réalité… augmentée. La dernière acquisition de Snapchat a jeté une nouvelle lumière sur un secteur en pleine expansion.

Les 3 start-up israéliennes de la réalité augmentée qui rêvent d'un destin à la Cimagine, racheté par Snapchat
Les 3 start-up israéliennes de la réalité augmentée qui rêvent d'un destin à la Cimagine, racheté par Snapchat © Cimagine

Le réseau social américain Snapchat aurait procédé à l’acquisition de la start-up israélienne Cimagine pour 30 à 40 millions de dollars, selon le très sérieux Calcalist, le premier quotidien économique israélien. Contacté par l’Usine Digitale, Cimagine a refusé tout commentaire, semblant prise de court par cette médiatisation non contrôlée. Selon des indiscrétions encore à confirmer, l’entreprise israélienne pourrait accueillir un centre de recherche et développement dans le domaine de la réalité augmentée. Snapchat entend peut-être aussi creuser le sillon de l’e-commerce grâce à une technologie de pointe qui a déjà fait ses preuves auprès de Coca-Cola, John Lewis Partnership (JLP) et Shop Direct, l’un des plus gros détaillants britanniques et clients de Cimagine.

 

L’entreprise aux 40 employés a développé en quatre ans une solution qui permet d'utiliser une tablette ou un smartphone pour évaluer la capacité d’un objet ou d’un appareil électrique à entrer dans l'espace qu'il doit occuper. Par exemple, lorsque Coca-Cola veut placer une machine à boisson non alcoolisée dans une épicerie, la solution 3D de Cimagine lui permet de trouver le bon endroit à la bonne taille. Il en va de même pour la sélection de meubles de salon ou tout autre objet.

 

D’autres jeunes pousses israéliennes commencent elles aussi à avoir le vent en poupe sur ce marché qui pourrait atteindre au moins les 90 milliards de dollars d’ici 2020, selon Digi-capital.

 

LUMUS

Fondée en 2000, Lumus  s’est spécialisé dans le développement et la production d’écrans de réalité augmentée à destination des smartglasses. L’entreprise basée à Rehovot a levé récemment plus de 45 millions de dollars et compte Daqri, HTC et Thales comme partenaires. La solution Lumis est basée sur son guide à onde breveté, le Light-guide Optical Element permettant à la lumière projetée de voyager à travers une lentille transparente. Ce n'est que lorsque la lumière atteint le champ de vision de l'utilisateur que les surfaces partiellement réfléchissantes projettent toutes les couleurs à la fois en créant une image AR.

 

 

S’adressant à une clientèle professionnelle dans les domaines médicaux, avioniques ou logistiques, Lumus veut désormais se tourner vers le grand public. Au dernier CES de Las Vegas, l’entreprise a annoncé deux nouveaux prototypes, les modèles Sleek et Maximus. Ce dernier permet de profiter de la réalité augmentée dans un champs de vision de 55 degrés. Il peut se placer sur des lunettes de vue et profiter au plus grand nombre.

 

Infinity AR

C’est le dernier investissement israélien d’Alibaba. Pour 15 millions de dollars, le géant chinois a acquis en novembre dernier 25% de cette start-up basée à Jérusalem, spécialisée dans des systèmes de réalité augmentée pour la médecine, les jeux vidéos et les procédures de simulation en milieu professionnel.

 

 

La technologie d'InfinityAR peut transformer n'importe quel dispositif en une plateforme puissante d'augmentation de contenu, en utilisant des appareils photo stéréoscopiques simples. Leur moteur avancé de réalité augmentée offre une représentation 3D précise des scènes numériques de l'environnement physique actuel. Cela permet aux utilisateurs d'interagir intuitivement avec le contenu augmenté dans leur environnement physique, en utilisant de simples mouvements manuels.

 

RideOn

 

 

Basée à Tel-Aviv, loin des pistes enneigées, RideOn  a créé un premier masque de réalité augmentée pour les accrocs de la poudreuse. Financée par Indigogo en 2015, la jeune pousse a créé un masque de 240 grammes qui permet d’afficher des pistes de slalom virtuel, de localiser ses amis sur les pistes et bien sûr d’enregistrer ses plus belles descentes. Le petit bijou fonction avec un système Android 4.4 et coûte entre 500 et 600 dollars. Il a déjà convaincu des centaines de passionnés. Aujourd’hui, RideOn veut conquérir d’autres disciplines comme le parapente, le paint- ball, l’automobile ou encore les courses aquatiques.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale