Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les collectivités vont-elles manquer de force pour le très haut débit ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La toute nouvelle Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (Firip) a mesuré son poids économique. Résultat, les réseaux très haut débit du secteur public feront travailler 6 000 personnes dans les télécoms en 2015… Enfin si on forme les compétences nécessaires.

Les collectivités vont-elles manquer de force pour le très haut débit ?
Les collectivités vont-elles manquer de force pour le très haut débit ? © C.C. - Flickr - Twistiti

3 000 emplois et 1,1 milliard d’euros… Le poids économique des réseaux d’initiative publique (RIP) n’est pas négligeable. Il préfigure l’impact du plan très haut débit annoncé par François Hollande en février 2013. Depuis 2004, les collectivités locales ont en effet la possibilité de créer et d’exploiter leur propre réseau télécoms. Et ce au travers de ces RIP, qui peuvent prendre la forme de délégations de service public, de partenariats public-privé, etc. Ils sont aujourd’hui un peu plus de 200.

Depuis leur lancement, ces RIP ont été à l’origine de la création de tout un écosystème industriel pour réaliser les réseaux. Des acteurs se sont créés comme des régies pour la maîtrise d’œuvre ou des opérateurs de gros, qui opèrent les réseaux pour revendre aux opérateurs de détail, mais aussi des opérateurs locaux de détail, des cabinets de conseil, etc. D’autres, déjà existants, ont abordé ce nouveau marché, comme certains opérateurs ou des entreprises du génie civil.

6 300 emplois et 2 milliards d’euros en 2015

À l’occasion des états généraux des RIP qui se tenait à Deauville le 25 mars, la toute jeune Fédération industrielle des RIP (Firip), créée le 6 décembre 2012, a présenté son premier observatoire des entreprises intervenant dans les RIP. Une mesure du poids de cette filière et une vision de l’impact que le déploiement de réseaux peut avoir sur l’activité économique. L’Idate qui a réalisé l’étude pour la Firip a interrogé, début 2013, 114 entreprises jugées pertinentes (opérateurs de gros, opérateurs de services, intégrateurs, équipementiers, cabinets de conseil, entreprises de génie civil, câbliers…) sur le poids que les RIP représentent dans leur activité. Résultat : 2 700 emplois directs (équivalents temps plein) et un chiffre d’affaires de 767 millions d’euros.

En évaluant les résultats des grands opérateurs nationaux qui n’ont pas répondu au questionnaire, la Firip estime qu’on arriverait à 3000 emplois et 1,1 milliard d’euros. Mais dès 2015, après le démarrage de l’exécution du plan très haut débit, la filière espère peser 6 300 emplois et 1,550 milliard d’euros (2 milliards avec les opérateurs nationaux) dont 900 millions pour la construction et 650 millions pour l’exploitation. Presqu’aucun acteur n’envisage de décroissance, et par exemple, deux tiers des opérateurs de gros et de détail estiment que l’activité RIP aura grossi de plus de 20 % entre 2012 et 2015. Et 69 % des entreprises concernées envisagent de faire croître ces effectifs sur les trois prochaines années.

Pénurie de compétences

Côté emploi, 47 % des 2 700 postes concernés par les RIP sont des postes d’ingénieurs et de cadres techniques, 24 % sont des techniciens, 17 % des commerciaux et 12 % des ouvriers. Sans surprise, les industriels de cette filière, comme tous ceux des télécoms et de l’informatique plus globalement, ont de grosses difficultés à trouver les compétences idoines. Les opérateurs de gros représentent près de 1000 emplois et 432 millions d’euros, suivis par le génie civil (543 emplois mais seulement 50 millions d’euros) et les intégrateurs (485 emplois et 116 millions d’euros). Les parts les plus importantes du chiffre d’affaires des entreprises répondantes proviennent de projets FTTH (fibre jusqu’au foyer) et FTTO (fibre pour l’entreprise).

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale