Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les politiques de six grands patrons sur les données personnelles

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'utilisation des données personnelles par les entreprises, à bon ou mauvais escient, est un sujet qui préoccupe de plus en plus la société. Six patrons de grandes entreprises livrent leur point de vue sur le sujet.

Les politiques de six grands patrons sur les données personnelles
Les politiques de six grands patrons sur les données personnelles

Jean-Christophe Lalanne, DSI d’Air France KLM

"Nous ne percevons pas de problème de confiance"

"Nous avons pu mesurerque la valeur et la puissancede la relation entre le fournisseuret son client est plus importante que son produit. C’est de cette relation que les moyens numériques pourraient nous couper. Mais dans le cas d’Air France-KLM, nousne percevons pas de problèmede confiance sur l’usageque nous faisons des données.Au contraire, certains clients trouvent que l’on ne les exploitepas assez. Le développementde services attentionnés,mais non intrusifs, est l’unde nos grands chantiers." 

Brigitte Courtehoux, directeur voitures et services connectés de PSA Peugeot Citroën

"Les données sont analyséesde façon totalement anonyme"

"Chez PSA, les données sont analysées de façon totalement anonyme. Nous demandons,bien sûr, le consentement de nos clients pour cela. Ils sont prêts la plupart du temps, avec nous, à participer à l’amélioration de nos véhicules. En outre, il ne s’agit pas des données personnelles du client, mais de remontées des capteurs des véhicules. En tant que constructeur, notre objectif premier reste de travailler de façon éthique et responsable."

Martin Winterkorn, PDG de Volkswagen

"Je dis oui au big data, mais non à Big brother"

"La voiture ne doit pas devenir un monstre de données. Nous protégeons déjà nos clients contre une grande variété de risques tels que l’aquaplaning, l’endormissement,la perte de temps dans les embouteillages. Avec la même attention, nous ambitionnons de protéger nos clients contre l’utilisation abusive de leurs données. Je dis clairement oui au big data,oui pour plus de sécurité et de facilité, mais non à Big brother. J’en appelle à toute l’industrie. Nous avons besoin d’un engagement volontaire de la part de l’industrie automobile sur ce sujet."

Déclaration faite lors de l’ouverture du Cebit 2014 à Hanovre.

Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, directrice de l’innovation d’Orange

"Nous allons restituerà nos clients l’intégralité de leurs données"

"La charte d’Orange sur les données personnelles,signée par Stéphane Richarden novembre 2013, est un élément fondateur. Elle engage sur la sécurité, la transparence, le contrôle et l’accompagnement. Nous construisons pour fin 2014-début 2015, un service en ligne restituantà nos clients l’intégralitédes données que l’on a sur eux.C’est ce qu’on appelle du “vendor relation management” (VRM).Être opérateur de confiance peut nous différencier des “over the top” [les géants de l’internet, ndlr]."

Yves Tyrode, directeur général de Voyages-SNCF.com

"Le web va se relocaliser dans les deux à trois ans à venir"

"Le web va se relocaliser dans les deux, trois ans à venir, via la culture de la 'privacy'. Les Européens, et les Français, n’ont pas du tout le même rapport à la vie privée que les Américains. Inexorablement, la réglementation va devenir locale. Cette différence de culture peut être à l’origine d’un internet européen. Chez Voyages-SNCF.com, nous avons déjà réinternalisé en France des opérations auparavant réalisées en Asie. Et nous concentrons toute la technologie en France : nos datacenters, nos centres techniques à Lille et à Saint-Denis, le développement à Nantes et le QG à la Défense."

Marcel Torrents, président du directoire de Delta dore

"Si un client veut monnayer ses données, c’est de sa responsabilité"

"Dans le domaine du pilotagede l’énergie et du confort résidentiel, les données permettent de connaître les habitudes de vie des résidents. Nos systèmes peuvent être commandés à distance, maisles données restent sur un serveur local. Il est très difficile de sécuriser des données sur internet. Nous considérons que les datasont la propriété de chacun.Si un client veut les monnayer, c’est de sa responsabilité. Dans dix ans, les risques auront peut-être été bien cernés. En attendant, nous ne voulons pas expérimenter."

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale