Usine Digitale

"Les sites web sont précieux pour recruter, développer son réseau, démarcher de nouveaux clients", selon Frédéric Desclos

Par -

"Les sites web sont précieux pour recruter, développer son réseau, démarcher de nouveaux clients", selon Frédéric Desclos © Ntr23 - Flickr - C.C.

Frédéric Desclos, spécialiste des technologies de l'information et de la communication à la Chambre de commerce et de l'industrie de Paris, revient sur l'étude Data publica pour l'agence web 1min30 selon laquelle 35% des entreprises industrielles ne disposeraient pas d'un site Internet.

L'Usine Nouvelle - Un tiers des entreprises du secteur industriel ne possèderaient pas de site Internet. Ce chiffre vous surprend-il ?

Frédéric Desclos - En tenant compte des très petites entreprises, ce n'est pas si mauvais ! Mais cela reste handicapant quand il s'agit de se faire connaître, de conquérir de nouveaux marchés. Surtout à l'international. Le marché intérieur n'est plus suffisant pour soutenir la croissance de certaines PME industrielles. Celles-ci doivent donc exporter, et pour cela un site web reste un outil incontournable. Et les entreprises qui n'en ont pas prennent le risque de voir des groupes étrangers – disposant d'un site bien conçu – se positionner sur le marché français.

Pourquoi autant de dirigeants boudent-ils le web ?

Beaucoup d'entreprises ne ressentent pas le besoin de communiquer sur leur savoir-faire. D'autres ont peut-être eu des retour négatifs de partenaires ayant créé un site. C'est pourtant un vrai outil de communication, beaucoup plus accessible qu'une publicité dans un journal. Mais cela doit correspondre à une vraie stratégie d'entreprise.

Quant aux sociétés disposant d'un site, très peu semblent pour l'heure familière des réseaux sociaux…

Certaines sous-traitent cette partie, d'autres se posent la question de leur utilité. En B2B, c'est moins évident qu'en B2C. Mais dans tous les cas, cela reste des outils précieux pour recruter, développer son réseau, démarcher de nouveaux clients. Linkedin et Viadeo sont plus indiqués pour le B2B, Facebook et Twitter davantage pour le B2C.

S'agit-il d'un manque d'intérêt ou d'un manque de moyens ?

Il me semble que c'est d'abord un manque de connaissance. Les responsables ne savent souvent pas que ces outils existent, quand bien même ils sont gratuits ! Les agences réalisant les sites se contentent parfois du strict minimum. Du notre côté, à la CCI de Paris, on tente d'y remédier en proposant des formations sur ces thèmes : création de sites web, référencement, mesure du traffic, réseaux sociaux, blogs… 3000 entreprises sont ainsi "formées" chaque année.

Propos recueillis par Gabriel Siméon

 

Partagez l’info :

Publicité

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!