Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les start-up françaises se financent à New York... mais gardent leur R&D en France

mis à jour le 25 juin 2015 à 12H50
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Arrivés en masse à New York ces cinq dernières années, les entrepreneurs français du numérique ont réussi à se faire un place dans un marché en pleine croissance. Sans pour autant couper les ponts avec l’Hexagone.

Les start-up françaises se financent à New York... mais gardent leur R&D en France
Les start-up françaises se financent à New York... mais gardent leur R&D en France © Alan Turkus - Flickr CC

La crise de 2008, au cours de laquelle l’emblème de New York, la finance, a bu la tasse et licencié par milliers, a donné un puissant coup de fouet à l’écosystème numérique de la ville. En l’espace de sept ans, des centaines de start-up s’y sont lancées, les géants de la tech s’y sont installés en masse et des milliers d’emplois ont été créés. Une transformation de l’ADN économique de la ville encouragée par les autorités locales et à laquelle les entrepreneurs et ingénieurs français ont directement - et activement - participé.

 

une centaine de start-up françaises à new york...

 

Combien sont-ils aujourd’hui dans la Grosse Pomme ? Difficile d’avancer un chiffre précis, tant les choses évoluent rapidement. Mais selon le recensement effectué par les porteurs du projet French Tech New York, près d’une centaine de start-up dirigées par des Français sont aujourd’hui installées a New York, principalement dans les domaines de la publicité, du commerce en ligne et des médias. Plusieurs d’entre elles ont rencontré un vif succès aux Etats-Unis, comme Criteo, entré en bourse en 2014, ou plus récemment Sunrise, calendrier pour mobile fondé a New York début 2013 par le Français Pierre Valade et le Belge Jeremy Le Van, acquis par Microsoft pour 100 millions de dollars.

 

... mais qui gardent leur r&d en France

 

Autre constat intéressant, découvert par les acteurs de French Tech New York : les trois-quarts des start-ups françaises ou franco-américaines installées à New York ont maintenu leurs activités de recherche et développement en France, localisant aux Etats-Unis le reste de leur activités (développement commercial, marketing, etc). Selon Frederic Montagnon, le fondateur de Secret Media, “cela coûte aujourd’hui deux fois et demi plus cher de faire sa R&D a New York qu’en France”. Grâce, notamment aux allègements fiscaux comme le crédit d'impôt recherche (CIR) et au moindre coût et la plus grande fidélité des ingénieurs embauchés sur le sol français.

 

A travers ces chiffres, Frederic Montagnon tient aussi à démonter le mythe d’entrepreneurs qui fuiraient la France. “Les chefs d’entreprise ne fuient pas. Ils viennent à New York pour grandir et lever des fonds”, explique-t-il. Benoit Buridant, fondateur de FrenchFounders, un club de 900 entrepreneurs et patrons français expatriés, confirme : “Les entrepreneurs dans les technologies viennent tous chercher à New York un accès à un marché global a un moment où il est encore possible de se faire une place rapidement.”

 

Un dernier chiffre confirme d’ailleurs à la fois le dynamisme et le succès des entrepreneurs français a New York : ces cinq dernières années, 7% des start-up de la ville qui ont levé de l’argent auprès de capitaux risqueurs ont été fondées par des Français.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale