Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Lille rêve de "Fintech Valley"

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le Village by CA lillois et l'incubateur Euratechnologies, en partenariat avec le Village by CA parisien, sont à l'origine du nouveau hub Fintech Go. Avec cette initiative, la métropole lilloise n'hésite pas à se projeter en "Fintech Valley" européenne. 

Lille rêve de Fintech Valley
Lille rêve de "Fintech Valley" © Peter Potrowl - Wikimedia commons

Les Villages by CA parisien et lillois (à la fois espaces d'open innovation, pépinières et accélérateurs de start-up du Crédit Agricole), et Eurotechnologies ont joint leurs forces pour lancer, ce mardi 17 mai 2017, Fintech Go. Ce nouveau hub accueillera sa première promotion de start-up dès le mois de septembre prochain. Il est spécifiquement dédié à l'accompagnement et au développement de start-up de la fintech au sens large, c'est-à-dire que la structure épaulera également les insurtechs (start-up dans l'univers de l'assurance) et les regtechs (les start-up qui développent des technologies visant à faciliter le respect des dispositions réglementaires). 

 

Une situation géographique stratégique

Avec cette initiative, la métropole lilloise n'hésite pas à se projeter en "Fintech Valley" européenne. Lors de la conférence de lancement, organisée au 55 rue de la Boétie à Paris, adresse du Village by CA parisien, plusieurs acteurs de la fintech ont pris la parole à l'occasion de diverses tables rondes. Grégory Sanson, directeur financier de Bonduelle et président de Lille Place Financière, en a profité pour énumérer la palette d'atouts de la région Hauts-de-France. Il cite, en premier lieu, sa situation géographique stratégique. "La région Hauts-de-France se situe à moins de deux heures de Bruxelles et de Paris et est aussi très proche de l'aéroport international de Roissy", argue-t-il.

 

Grégory Sanson explique, ensuite, que les fintechs ne peuvent pas vivre hors sol et se développer ex nihilo. "Les start-up ne disposent pas de base clients, elles doivent donc se greffer au secteur existant", explique-t-il.  Pour résumer et pour filer la métaphore, les jeunes pousses ont besoin d'un terreau et celui de la région Hauts-de-France serait particulièrement fertile. "Lille est la troisième place financière de France. Nous comptons, par exemple, 65 établissements dans l'assurance et sur la région Hauts-de-France, le secteur de la finance représente 16 800 emplois", indique Grégory Sanson. Et, grâce à ses 80 formations dans la finance et ses nombreuses écoles d'ingénieurs, la région permettrait aussi aux start-up de s'entourer de jeunes talents. "On peut très bien imaginer la création de parcours davantage orientés vers les fintechs et les insurtechs", ajoute-t-il.

 

Fédérer les acteurs locaux pour mobiliser l'epargne 

Un point semble toutefois encore faire défaut : celui de l'épargne régionale. "Il faut mobiliser les business angels, les fonds d'investissement et les institutions publiques, via les chambres de commerce par exemple, pour amorcer cette activité", estime le président de Lille Place Financière, "Il faut que tous les acteurs locaux aient une ambition commune de Fintech Valley", conclut-il. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale