Usine Digitale

Linkfluence veut internationaliser son service d’écoute des médias sociaux

Par -

Linkfluence veut internationaliser son service d’écoute des médias sociaux

Avec une levée de fonds de 3,5 millions d’euros, Linkfluence compte développer encore sa présence européenne et doper le développement de ses solutions d’analyse des médias sociaux destinées aux entreprises.

Tirer la substantifique moelle des médias sociaux et en proposer les enseignements aux entreprises. Tel est le travail auquel s’attelle la société Linkfluence depuis sa naissance en 2006, en analysant le contenu et les corrélations entre les conversations dans le web social. Mais c’est son changement de business model entamé seulement l’an dernier qui a convaincu deux investisseurs français de leur allouer un montant de 3,5 millions d’euros. Orkos Capital qui avait déjà investi 2 millions d’euros en 2010 dans la jeune société lui a renouvelé sa confiance et a été rejoint par Banexi.

Chiffre d’affaires 2012 : 2 millions d’euros
Effectif : 40 personnes
Montant de la levée de fonds : 3,5 millions euros
Investisseurs : Orkos Capital, Banexi
Capital Secteur : Numérique

 

De 2006 à 2011, Linkfluence a mis au point des briques logicielles s’appuyant sur force algorithmes pour livrer ses propres études des médias sociaux aux entreprises. Un modèle peu rentable. Alors depuis l’an dernier, elle s’est transformée en éditeur de logiciels d’intelligence des médias sociaux et vend sa solution Radarly aux entreprises en mode SaaS (location en ligne). De quoi faire passer ses revenus récurrents d’un très faible 3 % du chiffre d’affaires au 3e trimestre 2012 à 70 % en juin dernier.

De plus, pour se différencier de ses concurrents, en tête desquels le géant américain Salesforce avec son produit Radian6, Linkfluence accompagne ses clients avec un service destiné aussi bien au community manager qu’au directeur marketing. Et il met en avant des outils mathématiques d’analyse des graphes sociaux qui vont jusqu’à distinguer humour et ironie dans les conversations en ligne..

Selon le DG Hervé Simonin, le chiffre d’affaires qui était de 2 millions d’euros en 2012 devrait augmenter de plus de 50 % cette année. Et l’entreprise a déjà séduit une centaine de clients dans la santé, le luxe, les biens de consommation ou l’énergie, parmi lesquels Adidas, McDonald’s, GDF ou Orange. Les fonds récoltés auprès d’Orkos et de Banexi serviront à mettre au point de nouvelles offres et à investir dans le développement du siège français et de la filiale allemande. Et sans doute à se développer ailleurs en Europe.

Emmanuelle Delsol

L’argument convaincant

Les marques prennent conscience de l’importance de l’écoute des médias sociaux pour la surveillance de leur réputation en ligne mais surtout la détection de nouvelles tendances. Au point pour certaines d’installer des "social media war room".

 

Partagez l’info :

Publicité

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus