Actualité web & High tech sur Usine Digitale

LoRa : Bouygues Telecom va créer une division dédiée à l'internet des objets

mis à jour le 13 juillet 2015 à 18H23
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'opérateur Bouygues Telecom mise sur l'internet des objets : le membre fondateur de l'alliance LoRa, va créer une division spécialisée cet automne. Elle proposera des offres B2B basés sur cette technologie de transmission radio bas débit longue distance.

LoRa : Bouygues Telecom va créer une division dédiée à l'internet des objets
LoRa : Bouygues Telecom va créer une division dédiée à l'internet des objets © Bouygues Telecom

Si Paris a accueilli le congrès de l'alliance LoRa, les 9 et 10 juillet, cela tient beaucoup à l'implication de Bouygues Telecom, l'un des 11 membres fondateurs du consortium. Preuve que l'opérateur français mise plus que jamais sur cette technologie de transmission radio bas débit longue portée, idéale pour l'internet des objets. Il a d'ailleurs commencé le déploiement d'antennes LoRa en France. Avec l'objectif de couvrir 500 villes d'ici fin 2015. "Fin 2016, ce seront 5 000 antennes qui seront déployées, affirme Yann Tanguy, responsable marketing IoT. On se donne trois ans pour couvrir tout le territoire."

 

Près de la moitié des sites de l'opérateur, soit 7 à 8 000 points hauts de l'opérateur français sur 15 000, seront alors équipés d'antennes LoRa. Le maillage pourra être plus dense sur certaines zones pour mieux servir les clients les plus importants, "et tenir notre promesses de connectivité loin à l'intérieur des bâtiments", précise Yann Tanguy. Bouygues entend garder une longueur d'avance sur ses concurrents tricolores : Orange débute seulement ses tests de LoRa, deux ans après Bouygues.

 

Bouygues sûr de ses forces face à Sigfox

 

Les déclarations fracassantes de Sigfox, principal rival de l'alliance LoRa, (dont le directeur général a prédit, sans ambages, "l'échec" de Bouygues dans l'IoT), n'ont donc pas altéré la confiance de la filiale télécoms du groupe Bouygues. Si la direction de n'a pas souhaité répondre directement aux attaques frontales de la start-up toulousaine, son responsable marketing IoT rappelle la méthodologie retenue avant d'opter pour LoRa : "En 2013, nous avons regardé de très près les deux technologies, et mené des tests en conditions réelles. Nous les avons finement comparées et sur tous les aspects, LoRa s'en est mieux sorti. Notamment en termes de flexibilité, de 'scalabilité' du réseau. Le choix s'est purement fondé sur des questions techniquesNous sommes très sereins sur le niveau de qualité que nous allons proposer à nos clients grâce à LoRa".

 

Bouygues y croit tellement que la société va créer à l'automne une division, façon start-up, spécialisée dans la fourniture de services à des clients B2B grâce au réseau LoRa. "L'entreprise mène déjà des tests avec de grands acteurs industriels français", précise Yann Tanguy. Bouygues Telecom dévoilera ses offres commerciales LoRa à la rentrée.

 

Synergies au sein du groupe Bouygues

 

D'ores et déjà, la division télécom explore les possibilités de synergies avec les autres entités du groupe de BTP. Et elles sont nombreuses. "Avec Colas, il y a le sujet des capteurs dans les routes, ou de la maintenance des matériels de chantier. Avec Bouygues Energie, il y a bien sûr la problématique du smart building, de la qualité de l'air, du smart metering, de la maintenance des équipements... énumère Yann Tanguy. Comme l'a dit Martin Bouygues, cela représente de fabuleuses opportunités". Ce potentiel à exploiter explique sans doute en partie pourquoi le patron du groupe n'a pas voulu laisser filer sa filiale télécoms dans les mains de SFR-Numericable...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

4 commentaires

navidi

23/07/2015 19h05 - navidi

Il faut minimiser le nombre de points relais et maximiser la qualité de la remontée, il s'agit d'un problème radio et pas de protocole. Il existe des solutions mais ni LORA ni Sigfox ne pourront répondre à long terme aux exigences croissantes de qualité et de débit (d'ailleurs pourquoi se contenter de bas débit ?!!!) C'est une question stratégique, Bouygues a les atouts nécessaires mais apparemment n'est pas bien conseillé.... On se croirait, de retour au début des années 2000, à l'époque des chants de cygne des soi-disant experts qui ont poussé l'extravagance wimax en dépit de tout bon sens.... Ces mêmes experts sont de nouveau à la commande! Pauvres investisseurs (finalement pas si pauvres que cela) qui se sont déjà fait berner par les foutaises de Sigfox et vont peut-être plonger aussi pour LORA.....

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Mourgues

15/09/2015 23h28 - Mourgues

Navidi vous avez l'air de connaître cette technologie, pouvez vous m'en dire plus sur SIGFOX pourquoi dîtes vous que ce sont des foutaises? La technologie me semble interressante en application smart city par exemple.

Signaler un abus

Serge Yablonsky

12/10/2015 10h18 - Serge Yablonsky

Bonjour Vous pourriez SVP développer votre commentaire pour des moins compétents que vous: "un problème radio et pas de protocole" ? "les foutaises de Sigfox" ? "C'est une question stratégique, Bouygues a les atouts nécessaires mais apparemment n'est pas bien conseillé" ? Que devrait faire Bouygues telecom ? Merci par avance pour vos éclaircissements Cdlt

Signaler un abus

navidi

05/06/2016 10h48 - navidi

le problème est radio et pas protocole : il s'agit d'augmenter le ratio signal sur bruit, la difficultés dans la transmission radio est dans la voie montante c'est à dire de l'objet vers la station, en effet la station de base est puissante et donc peut se permettre, pour un niveau de bruit donné, d'augmenter le niveau du signal et donc d'accéder l'objet, mais l'objet a trés peu de puissance et souvent est soumis à un environnement très bruyant ( au sens bruits radio), la solution est alors de réduire la quantité d'information transmise en utilisant une modulation médiocre comme le fait sigfox, l'approche lora consiste à approcher l'objet de l’émetteur en multipliant le nombre de points de collectes, ce qui aboutit à une architecture complexe. IL existe des solutions intelligentes qui réduisent le niveau de bruit au lieu d’augmenter le niveau de signal, ces solutions seraient les meilleurs mais depuis des années personnes ne s'y intéresse. Par ailleurs utiliser des bandes libres facilement brouillable ( légalement brouillable) pour connecter des objets qui peuvent devenir des menaces si ils sont manipulés ou mal utilisés est une hérésie ( ce qui propose sigfox).

Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale