Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Mairies 4.0 : Montpellier facilite les déplacements des personnes à mobilité réduite avec Faciligo

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'Usine digitale poursuit son tour de France des "Mairies 4.0", consacré aux initiatives numériques des collectivités territoriales, en s'arrêtant à Montpellier. La Perle rare, jeune pousse montpelliéraine, développe avec la métropole de Montpellier le projet Faciligo, une plate-forme mobile pour assister les personnes à mobilité réduite dans leurs déplacements. Avec l'entraide humaine pour clé de voûte, l'application les met en relation avec des valides, prêts à les accompagner sur leur trajet de façon quasi-bénévole. Le projet s'appuie sur une plate-forme de données pilotée par l'agglomération.

Mairies 4.0 : Montpellier facilite les déplacements des personnes à mobilité réduite avec Faciligo
Mairies 4.0 : Montpellier facilite les déplacements des personnes à mobilité réduite avec Faciligo © Faciligo

Le potentiel de l'économie de la collaboration n'est pas qu'économique : il est aussi social. Faciligo en apporte la démonstration : "Nous développons une plate-forme d'entraide qui met en contact des personnes à mobilité réduite (personnes âgées, enceintes, blessées...) avec des personnes autonomes", explique Hind Emad, co-fondatrice de La Perle rare, start-up porteuse du projet. En béquilles, un simple trajet ferroviaire peut par exemple rapidement virer au cauchemar. Un problème facile à contourner si le blessé identifie en amont du trajet un bon samaritain qui voyage sur le même train et qui peut l'aider à arriver à bon port, moyennant une indemnité symbolique.

 

Double-lauréat (au niveau régional et au niveau national) du Challenge Digital SNCF, également sélectionné par les challenges Big Data du pôle Images & Réseaux, le projet s'appuie sur un moteur de calcul d'itinéraire open source. En test sur l'agglomération de Montpellier depuis mai 2015, le service se déclinera en un site web et des applications mobiles, pour un lancement officiel début 2016. Il utilise les données du réseau SNCF (trains TER, Intercité...) mais aussi les données de transports urbain et interurbain exposées à travers une plate-forme spécifique par la métropole de Montpellier.

 

Tisser un réseau d'entraide

"Pour les personnes valides, c'est une façon de se rendre utile à travers un acte citoyen, poursuit la cofondatrice. Un système d'avis et de notation des profils sera aussi mis en place, comme avec Blablacar, afin de créer un réseau de confiance." Avec l'altruisme envers son prochain pour seul carburant ? Presque. "Les accompagnants gagnent des points pour chaque trajet, indique encore Hind Emad. Lorsqu'un certain seuil est atteint, ils pourront échanger ce solde contre une réduction sur leur abonnement de transports. Des partenariats avec des sociétés commerciales pourront aussi donner des avantages supplémentaires, à travers des coupons de réduction dans leurs enseignes."

 

Pour la personne aidée, il y a de grosses économies à la clé. "Les prestataires de service reviennent très cher, près de 20 fois le coût d'utilisation de notre service. C'est un partenariat gagnant-gagnant à tous les niveaux : la personne en perte de mobilité garde son autonomie, et l'aidant perçoit une rétribution symbolique", complète-t-elle.

 

Un entrepôt de données standardisées

Et techniquement, sur quelles données s'appuie l'application ? "La métropole a mis en place une plate-forme technologique qui collecte et agrège ses données", explique Hélène Roussel, chargée de mission développement économique à Montpellier Méditerranée Métropole (M3M). C'est ce socle qui vient alimenter des projets numériques de start-up comme Faciligo".

 

L'entrepôt de données est alimenté par le territoire lui-même, à travers les différents services de l'agglomération. L'objectif ? Connecter des données auparavant gérées en silo. "Sur le volet des transports, nous avons des données sur le temps de trajet, les places de stationnement disponibles, les bus...", poursuit Chloé Perreau, chef de projet smart mobility à M3M.

 

Initiée lorsque la métropole a remporté le label EcoCité en 2010, et financée par un plan de R&D, la plate-forme Cité Intelligente, pour l'instant gérée par IBM, en est encore au stade du pilote. La version définitive devrait, elle aussi, être opérationnelle dans le courant de l'année 2016. "Travailler à l'échelle de la métropole nous permet aussi de respecter la normalisation européenne des données, et de favoriser leur interopérabilité", assure Hélène Roussel.



Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale