Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Mais que restera-t-il d'Inside Secure quand il aura cédé ses puces ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après avoir vendu ses puces NFC en 2014, le spécialiste français de la sécurité embarquée Secure Inside va sortir des semiconducteurs en vendant ses microcontrôleurs sécurisés. L’heure est au recentrage sur les solutions de sécurité sous forme de logiciels et blocs de propriété intellectuelle.

Mais que restera-t-il d'Inside Secure quand il aura cédé ses puces ?
Inside Secure met fin à son aventure dans les puces © Inside Secure

Encore une douloureuse remise en cause chez Inside Secure. La société provençale de sécurité numérique va se séparer de son activité dans les semiconducteurs. Elle a engagé des discussions exclusives dans ce sens avec un repreneur potentiel, dont le nom n’est pas dévoilé. La volonté d’Amedeo d’Angelo, le nouveau président de directoire, est de recentrer l’entreprise sur les solutions de sécurité numérique embarquée sous forme de logiciels et de blocs matériels de propriété intellectuelle (IP). C’est ce qu’il a annoncé lors de la présentation des résultats de 2015, le 25 février 2016.

 

Activité en perte de vitesse

Inside Secure s’est déjà désengagée de son activité historique dans les puces sans contact au standard NFC en la cédant en avril 2014 à Intel. Son activité dans les semiconducteurs, qui constituait 100% de ses revenus en 2012, représente 60% de son chiffre d’affaires en 2015, soit 42,4 millions d'euros, en chute de 35% par rapport à 2014. Elle se limite à la conception et la fourniture de microcontrôleurs sécurisés pour cartes bancaires, badges d’accès, clés d’accès informatiques, objets connectés ou dispositifs anti-contrefaçon. C’est une activité "fabless" qui repose sur la sous-traitance de la fabrication en Asie chez les fondeurs taïwanais UMC et TSMC.

 

Dans les puces NFC comme dans les microcontrôleurs de sécurité, Inside Secure, avec ses 291 personnes dans le monde dont 130 au siège à Aix-en-Provence et 15 à Sophia Antipolis, n’est pas de taille à lutter contre des mastodontes des semiconducteurs comme NXP, Infineon Technologies ou STMicroelectronics. D’autant que le marché évolue de la sécurité connectée vers la sécurité embarquée, et des solutions matérielles sous forme de puces vers des solutions logicielles et blocs IP (propriété intellectuelle).

 

Apple, aiguillon du marché

La société provençale a pris le virage en développant son activité dans le logiciel et en procédant à des acquisitions transformatrices dont Metaforic, une société écossaise spécialisée dans l’émulation de puce, rachetée en avril 2014. "Notre vision stratégique de l’avenir de la sécurité numérique est partagée par des grands acteurs du digital, explique Loïc Hamon, vice-président en charge du développement. Apple pense embarquer l’élément, qui gère la sécurité de son système de paiement Apple Pay, dans son processeur d’application."

 

Inside Secure veut devenir l’ARM de la sécurité numérique embarquée, en référence au spécialiste britannique de logiciels et cœurs IP de processeurs, dont la technologie domine les mobiles. "Nous disposons de compétences qui font de nous l’un des cinq ou six spécialistes dans le monde des logiciels et blocs matériels IP de sécurité embarquée, affirme Loïc Hamon. Nous sommes confiants dans l’avenir."

 

Réduction de 15% des effectifs

En 2015, Inside Secure accuse un plongeon de 44% de son chiffre d’affaires à 70,1 millions d’euros et une perte de 44,5 millions d’euros, contre 5 millions en 2014. Des résultats qui l’obligent à mettre en place un plan d’économie de 4,6 millions d’euros d’ici fin 2016. A la clé, la réduction de 15% de son effectif actuel. "Ce chiffre inclut le personnel qui sera transféré au repreneur de l’activité semiconducteurs, précise Loïc Hamon. A ce stade, nous ne savons pas combien de salariés seront transférés. Le nombre dépendra de l'accord qui sera conclu avec le repreneur."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale