Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Microsoft, champion du cloud mondial, devant Amazon et Salesforce

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Étude Selon TBR, c’est Microsoft, et non Amazon ou Salesforce, qui mène la course dans le cloud mondial. Le géant de Redmond est avantagé par la dynamique de sa solution bureautique en ligne et sa présence sur tous les segments de l’informatique à la demande. Quant à Oracle, il aura du mal à battre Salesforce comme il l’espère.

Microsoft, champion du cloud mondial, devant Amazon et Salesforce
Datacenter du cloud de Microsoft © Microsoft

A travers Amazon Web Services, le géant mondial de l’e-commerce Amazon est souvent perçu comme le leader mondial du cloud computing. C’est une grande erreur, estime le cabinet TBR dans une note d’analyse des positions de quatre acteurs majeurs du marché, tous américains : Amazon, Microsoft, Oracle et Salesforce. Car cette position n’est valide que sur un segment de l’informatique à la demande : le cloud public d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service) et de plateforme (PaaS pour Platform as a service).

 

Office 365, moteur du cloud de Microsoft

Or le cloud est bien plus vaste. Il comprend aussi le segment des logiciels vendus en tant que services en ligne (SaaS pour Software as a service) et recouvre trois modes de déploiement : cloud public, cloud privé et cloud hybride. Il génère également une activité de services (intégration, conseil, formation…). Sur l’ensemble de ce marché, c’est Salesforce, le leader mondial de la gestion de la relation client, qui était en tête jusqu’en 2014, selon TBR. Mais dès 2015, c’est Microsoft qui mène la course.

 

Certes, le géant de Redmond doit ce titre à sa montée rapide dans le cloud IaaS et PaaS, où il devient le challenger  le plus sérieux d’Amazon Web Services. Mais selon TBR, c’est son développement dans le SaaS qui justifie sa couronne. Son service Office 365 de communication et collaboration en ligne devrait générer 8 milliards de dollars de revenus en 2016, plus de 60% de son chiffre d’affaires total dans le cloud. A cela s’ajoute le service Dynamics 365 incluant des applications de gestion de la relation client et d’ERP. Mais l’avance de Microsoft sur Amazon, numéro deux du marché, reste faible. Il faudra attendre 2017 pour le voir creuser l’écart.

 

L'étude de TBR contredit celle du cabinet Apps Run The World en avril 2016 qui classe Microsoft plutôt troisième avec 5830 millions de dollars de revenu dans le cloud computing en 2015, derrière Amazon Web Services (7880 millions de dollars) et Salesforce (6206 millions de dollars).

 

Oracle à la poursuite de Salesforce

Dans sa note, TBR n’inclut ni IBM, ni Google, les deux acteurs majeurs du cloud mondial. En revanche, il braque le projecteur sur Oracle. Son fondateur et CTO Larry Ellison ne cesse de répéter son objectif d’être le premier acteur à atteindre les 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans  PaaS et le SaaS. TBR n’y croit pas. Le cabinet voit Oracle toujours à la poursuite de son ennemi juré, Salesforce. Même avec l’acquisition de NetSuite, un éditeur de logiciels de gestion pure player du cloud, Oracle verrait son chiffre d’affaires dans le Paas et le SaaS atteindre seulement 4,5 milliards de dollars en 2017, contre 9,9 milliards de dollars pour Salesforce. Et en 2018, les chiffres respectifs seraient de 5,5 et 11,6 milliards de dollars. Malgré sa forte croissance et le rachat de NetSuite, Oracle restera loin, très loin de son objectif des 10 milliards de dollars.

 

Evolution du chiffre d'affaires des 4 leaders du cloud

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale