Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Microsoft doit tuer son écosystème Windows pour vivre sa transformation numérique

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Dans sa transformation, Microsoft se heurte au poids de Windows. Pour imiter le modèle de plateforme de Google ou Apple, l’analyste Mark Hibben lui recommande de prendre une décision courageuse mais salutaire : tuer l’écosystème historique autour de son système d’exploitation. Pas facile à faire.

Microsoft doit tuer son écosystème Windows pour vivre sa transformation numérique
Windows 10, moteur de la transformation de Microsoft © Microsoft

L’avenir de Windows constitue l’un des plus grands défis auquel Microsoft est confronté. Pour le relever, l’analyste Mark Hibben n’y va pas par quatre chemins. Dans un article sur le blog de la finance Seeking Alpha, il demande à l’éditeur de Redmond de prendre son courage en main et d’accepter de tuer une fois pour toutes l’écosystème historique autour ce système d’exploitation qui équipe près de 1,5 milliard de PC en service dans le monde. Plus facile à dire qu’à faire.

 

Près du tiers des revenus de Microsoft en jeu

Avec près du tiers du chiffre d’affaires total, Windows apporte à Microsoft la première source de revenus, devant les logiciels d’application (bureautique Office, gestion de la relation client Dynamics-CRM et planification des ressources d’entreprise Dynamics-ERP), les jeux vidéo ou encore les services. Une manne en déclin toutefois en raison du développement de la virtualisation des serveurs, du passage au cloud computing et de l’explosion des mobiles.

 

Mais pour Mark Hibben, le vrai enjeu concerne les terminaux comme les PC, les mobiles ou les objets connectés. La révolution des mobiles a fondamentalement changé la donne, avec l’irruption de deux grandes plates-formes : iOS d’Apple et Android de Google. Ici, le système d’exploitation devient un accessoire proposé gratuitement. La vraie valeur réside dans les services fournis sur la plateforme.

 

Changement de modèle avec Windows 10

Sous la houlette de son CEO Satya Nadella, Microsoft a pris l’initiative en avril 2014 de rendre Windows gratuit pour les terminaux équipés d’un écran de 9 pouces et moins, cas des smartphones, de certaines tablettes et de tous les objets connectés. Une mesure qui n’a pas eu l’effet positif escompté puisque la part de Windows dans les smartphones continue à chuter.

 

Avec le lancement de Windows 10 à l’été 2015, le géant mondial du logiciel franchit un nouveau pas dans sa transformation en proposant son nouveau système d’exploitation gratuitement pour les détenteurs de PC tournant sous Windows 7, Windows 8 et Windows 8.1.  "C’est le moins qu’il puisse faire, note Mark Ribben. Ni Apple ni Google ne font payer la mise à jour de leurs OS. Plus personne n’acceptera de payer celle de Windows."

 

Les développeurs n'adhèrent pas à la plateforme de Microsoft

Pour l’analyste, c’est un changement majeur de modèle économique. Microsoft tente d'imiter le modèle d’Apple et de Google. Windows 10 est au cœur de sa stratégie de plate-forme Universal Windows Platform (UWP) qui vise à unifier le développement d’applications sur tous types de terminaux : PC, tablettes, mobiles, consoles de jeux et objets connectés. Une promesse séduisante à première vue puisqu'elle permet aux développeurs d'écrire leurs applications une seule fois et de les déployer avec peu d'adaptations sur tous types de terminaux.

 

Mais les contraintes qu'elle pose irritent beaucoup d'entre eux, notamment dans les jeux vidéo. Car Microsoft fait tout pour verrouiller son système afin d'éviter que les applications ne sortent de sa plate-forme pour aller ailleurs. A défaut de vendre Windows, l’éditeur veut se rattraper en empochant une commission de 30% sur les ventes de son magasin Windows Store, comme le font à merveille Apple sur son AppStore et Google sur son Google Play.

 

Besoin d'une vision claire partagée avec les développeurs

Pour Mark Hubben, la faute est au double langage de Microsoft. "L’éditeur donne l’impression de tout faire pour préserver l’ancien modèle de Windows tout en travaillant à son démantèlement, analyse-t-il. C’est un compromis inatteignable qui appelle une clarification des vraies intentions de Microsoft."

 

La transition, telle qu’elle est engagée aujourd’hui, ne fonctionne pas. Le manque d’adhésion des développeurs le prouve. Mais la bataille n’est pas pour autant perdue. "Microsoft peut inverser le courant en donnant aux développeurs une vision plus claire sur la transformation à l’œuvre, avec une feuille de route, les étapes à franchir et l’échéancier, estime Mark Ribben. C’est la meilleure façon de les embarquer dans son projet de changement."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale