Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Miliboo, la marque française de meubles sur Internet, se lance en Bourse

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La marque française de meubles sur Internet Miliboo s’introduit en Bourse avec l’objectif de lever 8 à 9,2 millions d’euros. De quoi financer ses ambitions de croissance en France, en Europe et même aux Etats-Unis.

Miliboo, la marque française de meubles sur Internet, se lance en Bourse
Miliboo, la marque française de meubles sur Internet, se lance en Bourse

La marque française de meubles sur Internet Miliboo a reçu, le 25 novembre 2015, le visa de l’Autorité des marchés financiers (AMF). La porte est donc ouverte pour son introduction en Bourse sur le marché Euronext de Paris. Une opération destinée à lever 8 à 9,2 millions d’euros. De quoi financer son plan d’expansion en France, en Europe et même aux Etats-Unis.

 

Maîtrise de toute la chaine de valeur

Créée en 2005 par Guillaume Lachenal, un entrepreneur en série, et son épouse Aline Buscemi, Miliboo vend en ligne des meubles qu’il conçoit en interne et fait fabriquer en Asie ou en Europe de l’Est. "Nous maîtrisons toute la chaîne de valeur, depuis le design jusqu’à la logistique, en passant par le marketing, la vente, le pilotage de la production ou le système d’information, confie Guillaume Lachenal. Seuls la fabrication et le dernier chainon logistique, la livraison aux clients, sont confiés à des partenaires extérieurs." La société, dont le siège se situe à Chavanod, près d’Annecy (Haute-Savoie), a même créé son propre logiciel de gestion pour coller au plus près à ses besoins.

 

Sur un marché de vente de meubles sur Internet de 1,7 milliard d’euros en 2014 en France, Miliboo fait figure encore de petit acteur face à Delamaison (45 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2013), Made in Design (20 millions d’euros en 2013), Vente-unique (57 millions d’euros en 2014), Made (60 millions en 2014) ou Home 24 (160 millions d’euros en 2014). Mais l’ambition de Guillaume Lachenal est de devenir le leader européen dans 5 à 10 ans.

 

Grand potentiel de marché

Miliboo, qui compte aujourd’hui 50 personnes, double son chiffre d’affaires tous les deux ans. Sur le dernier exercice fiscal clos le 30 avril 2015, elle affiche un chiffre d’affaires de 14,2 millions d’euros, en croissance de 38% par rapport à l’exercice précédent. L’objectif est de le doubler encore dans deux ans en étoffant la gamme des produits, en se lançant dans les meubles connectés, en ouvrant d’autres boutiques connectées comme la "Miliboutik" de 600 m2 inaugurée à Paris en octobre 2014, et en se développant à l’international.

La société réalise aujourd’hui 15% de ses ventes en Espagne, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Suisse, Belgique et Luxembourg. L’objectif est surtout de se renforcer au Royaume-Uni, qui constitue le plus gros marché d’e-commerce en Europe, et d’aller tester les Etats-Unis. "Notre modèle est déjà éprouvé, notre marque est reconnue sur le marché et le potentiel de marché est énorme", se réjouit Guillaume Lachenal.

 

Rentable à partir de 2017

En 2011 et 2013, Miliboo a procédé à deux levées de fonds d’un total de 6,5 millions d’euros. Elle aurait pu continuer à faire appel à ce mode de financement. D’autant que les trois investisseurs, Auriga Partners, Sigma Gestion et Naxicap Partners, s’engagent à injecter ensemble 1,5 millions d’euros du montant à lever en Bourse. "Nous avons préféré aller en Bourse pour devenir plus visibles et mieux asseoir la notoriété de notre marque", confie le PDG-cofondateur.

La société n’est pas encore rentable. Sur le dernier exercice, elle affiche une perte d’environ 900 000 euros liée à un fort investissement (ouverture de la Miliboutik à Paris, construction d’un nouveau bâtiment pour le siège social, embauche de 12 personnes, etc.). Mais selon les analyste, elle devrait devenir bénéficiaire en 2017. "Ce qui est magique dans notre modèle Internet c’est que nous avons déjà tout ce qu’il faut pour croître, explique Guillaume Lachenal. Plus nous augmentons les ventes, et plus nous améliorons les marges."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale