Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Moovit, la pépite israélienne qui optimise les trajets dans 800 villes du monde

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En s’appuyant sur l’open data et sur sa communauté grandissante d’utilisateurs, Moovit facilite la planification des trajets multimodaux dans déjà 800 villes de 60 pays.

Moovit, la pépite israélienne qui optimise les trajets dans 800 villes du monde
Moovit, la pépite israélienne qui optimise les trajets dans 800 villes du monde © Moovit DR

Si vous en avez assez de l’application RATP - connue pour son manque de fiabilité -, alors Moovit est faite pour vous. Intuitive, cette application smartphone israélienne est basée sur deux principes simples : l’open data et la mise à jour régulière des informations par sa communauté d’utilisateurs, qui vient de dépasser le million en France. Changements horaires, retards, accidents, incidents, obstacles, arrêts de bus déplacés… Toutes ces données peuvent être updatées par les utilisateurs, faisant de Moovit une sorte de “Waze des transports en commun”. “La comparaison a du sens car Uri Levine, le cofondateur de Waze, a investi dans Moovit et l’a conseillée lors de son développement”, confirme Pierre Valentin directeur en France de la société israélienne.

 

Optimiser les temps de parcours en 35 langues

Après un lancement en Israël en 2012, l'ouverture d'un bureau à San Francisco et plusieurs levées de fonds successives pour un total de 81 millions de dollars (auprès de Sequoia Capital, Gemini Partners et BRM Capital principalement ), Moovit arrive en Europe en 2013, se concentrant dans un premier temps sur les grandes villes comme Madrid, Barcelone, Rome et Paris. “Mais certains territoires ou opérateurs historiques sont moins enclins que d’autres à l’open data. A Paris, par exemple, c’est assez compliqué alors que cela s’est passé de manière très fluide dans d’autres villes françaises, comme à Nice, regrette Pierre Valentin. Nous préférons les échanges de bons procédés avec les opérateurs locaux mais la loi Macron va libérer l’accès à l’open data”. Aujourd’hui, Paris, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse ou Nantes sont, entre autres, couvertes par l’application, pour environ 800 villes dans 60 pays et 35 langues.

 

Des accords “win-win” avec les opérateurs de transport

Ville par ville, territoire par territoire, Moovit cherche à nouer des partenariats avec les sociétés de transport. Ainsi, lors de la dernière levée de fonds de 50 millions d’euros en janvier 2015, Keolis faisait partie du tour de table. Un bon moyen de se rapprocher des acteurs du transport local, la société franco-canadienne représentant 80 réseaux en France. “Les opérateurs ont tout intérêt à travailler avec nous en raison de la qualité technique de notre application. Par exemple, si un couple d’Australiens arrive dans le Bordelais, ils n’auront pas besoin de chercher en français, sur le site local de transports, les horaires du prochain bus ou du prochain train. Et ils ne seront pas tentés de se rabattre sur le taxi en cas de manque de compréhension de la langue française… En quelques instants et dans leur langue natale, ils ont accès aux informations”, décrit Pierre Valentin.

 

Car sharing et ticket electronique

Pour compléter son offre multimodale et pour poursuivre son développement, Moovit permet à ses utilisateurs - en Israël, au Brésil et en Italie - de réserver un vélo en libre-service, voire un taxi via Easy Taxi, Uber ou Gett. “Faciliter ces fameux “derniers kilomètres”, c’est un moyen aussi de monétiser notre activité, précise Pierre Valentin. Via l’application Drive Now, le carsharing est également déployé à San Francisco, Londres, Berlin, Hambourg et Munich. BMW faisait d'ailleurs partie du dernier tour de table de janvier 2015. Nous testons aussi en Pologne, en Italie, en Israël et au Brésil la possibilité d’acheter son ticket de transport, ou de recharger son passe, via notre application.

 

En route vers l'Inde et la Chine

Prochaine étape pour cette start-up de 80 personnes : la conquête de la Chine et de l’Inde, deux marchés, évidemment, à fort potentiel pour cette application utilisée pour le moment par plus de 30 millions d’utilisateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

Description obligatoire

Facebook fait voler son drone pour connecter les populations isolées

Le drone solaire conçu par Facebook pour connecter les populations des zones de la planète qui n'ont pas encore accès à internet est sorti de son hangar.

Baptisé Aquila, il a tenu en l'air 96 minutes à 600 mètres d'altitude pour son premier vol ce 21 juillet.

À terme, l'entreprise de Mark Zuckerberg voudrait lancer des flottes de ces engins capables de communiquer entre eux, à 18 kilomètres d'altitude.

23/07/2016 - 12h00 |

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale