Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Naïo Technologies lève 3 millions d’euros pour industrialiser ses robots agricoles

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La startup toulousaine Naïo Technologies, spécialisée dans la robotique agricole, vient de boucler un nouveau tour de table et de lever 3 millions d'euros pour accompagner l'industrialisation et la commercialisation de ses premiers produits et la poursuite de ses programmes de R&D.

Naïo Technologies lève 3 millions d’euros pour industrialiser ses robots agricoles
Naïo Technologies lève 3 millions d’euros pour industrialiser ses robots agricoles © Tien Tran

Pour OZ, le petit robot autonome de désherbage mécanique des surfaces maraîchères, l'aventure continue. Une première levée de fonds de 82 000 euros en love money auprès d'une quarantaine d'actionnaires en 2013, puis une seconde levée en 2014 de 730 000 euros auprès des deux plateformes Wiseed et Smart Angels, avaient permis aux deux associés de Naïo Technologies, Aymeric Barthès et Gaëtan Séverac, de lancer la commercialisation de leur premier robot agricole.

 

La nouvelle levée de fonds de 3 millions d'euros, avec l'entrée au capital de 2 nouveaux actionnaires, les fonds spécialisés Emertec et CapAgro, va maintenant permettre à la société de muscler son équipe commerciale, de viser l'international et de poursuivre ses programmes de R&D pour décliner de nouvelles familles de produits.

 

Les premières commandes à l'international

"Nous devons maintenant accélérer sur la commercialisation et participer systématiquement à tous les grands salons internationaux", précise Gaëtan Séverac, directeur général de la société. Naïo Technologies vient de signer ses premiers bons de commande à l'exportation sur la Belgique et cible tout particulièrement pour 2016, les marchés belge, hollandais et allemand.

 

Deux nouveaux robots pour 2016 et 2017

Après avoir commercialisé 10 premiers robots OZ en 2014 et 20 en 2015, l'ambition est de vendre une cinquantaine de robots dès 2016, dont 45 exemplaires de son robot maraîcher OZ et les tous premiers exemplaires du nouveau modèle, Anatis, environ 10 fois plus gros qu'OZ, dédié au binage de productions légumières de plein champs. Développé en coopération avec le groupe Carré, il est plus spécifiquement adapté aux exploitations agricoles de plus de 10 ha, quand OZ s'adresse aux surfaces maraîchères de moins de 10 hectares.

 

La startup prépare également, en partenariat avec l'IFV (Institut Français du vin), le LAAS-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes) et le groupement coopératif Vinovalie, la sortie pour 2017 d'un nouveau robot destiné cette fois au désherbage mécanique de la vigne.

 

Créée en 2011, Naïo Technologies, implantée à Ramonville-Saint-Agne, dans la proche banlieue toulousaine, emploie 11 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 340 000 euros en 2015. La société compte passer le cap du 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2016 et devrait renforcer son effectif de 6 à 7 salariés dans le courant de l'année prochaine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale