Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Ne dites pas à Axelle Lemaire que la French Tech, ce n'est que de la com’ !

mis à jour le 09 janvier 2017 à 03H57
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En déplacement à Las Vegas dans le cadre du CES 2017, Axelle Lemaire et Michel Sapin ont accordé un déjeuner à la presse. L’occasion de leur demander leur bilan de la French Tech, qui essuie parfois quelques critiques, et d'aborder les chantiers en cours.

Quand on me dit : 'la French Tech, c’est que de la com’, ça me met en rage !, Axelle Lemaire
Axelle Lemaire et Michel Sapin, très complices lors de leur déplacement à Las Vegas pour le CES 2017 © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

"C’est, j’imagine, notre dernier CES. Le moment est venu au bilan", lance Axelle Lemaire, plutôt décontractée lors du déjeuner organisé pour la presse à Las Vegas le 5 janvier 2107. A la veille des Présidentielles 2017, la secrétaire d'État en charge du Numérique et de l'Innovation et Michel Sapin, ministre de l'Économie et des Finances, ont profité de leur déplacement au CES pour émettre leur propre bilan.

"Par définition, on ne peut jamais être satisfait d’une situation. On peut toujours faire mieux. Ce qui me frappe vraiment, c’est la réalité, l’enthousiasme, la solidité des initiatives, la très bonne coopération entre le jeune ou moins jeune dans sa start-up et des politiques publiques. Aucun ne dit votre politique publique ne m’a servi à rien.", a exprimé Michel Sapin.

Vis-à-vis des critiques envers la French Tech, souvent taxée d’opération de communication sans fond, Axelle Lemaire réagit : "Quand on me dit, la French Tech, c’est que de la com’, ça me met en rage !" Et la secrétaire d'État en charge du Numérique et de l'Innovation de lister toutes les actions menées depuis 4 ans dans le cadre de la French Tech.
 

Les 7 chantiers de la French Tech à retenir, selon Axelle Lemaire


La labellisation des métropoles French Tech

"Faites un tour de France de l’innovation… Les métropoles  labellisées French Tech ont participé à la fédération d’un réseau d’écosystèmes d’innovation qui est très réel. Allez voir dans les territoires, le nombre d’incubation et d’accélération de start-up ! Les pouvoirs publics locaux et souvent les régions et les métropoles sont à fond avec les CCI. Derrière ces réseaux, il y a des financements, notamment de la part des collectivités locales. Pas  mal de start-up présentes au CES parce que ce sont des régions qui ont financé leur billet d’avion."

Les French Tech Tickets

"Nous avons mis en place les French Tech Tickets, ces programmes migratoires pour attirer les meilleurs talents étrangers. Avec le Président de la République, on va accueillir 200 entrepreneurs en janvier à Bercy la nouvelle promotion des French Tech Ticket. Si c’est la deuxième année que ce programme existe, pour la première fois, ces gens seront accueillis dans toute la France, dans toutes les métropoles French Tech qui se sont battues pour pouvoir être dans le programme et pouvoir aller attirer des créateurs d’entreprises étrangers et pas uniquement dans des incubateurs parisiens."

Et pour marquer l’attrait de la French Tech par les étrangers, Axelle Lemaire ajoute : "La première nationalité des pays demandeurs candidats au French Tech Ticket, ce sont les Américains. Et le nombre d’Ukrainiens, d’Indiens, de Russes, de Chinois, d’Indiens qui ont demandé à participer à ce programme est extraordinaire. Ils veulent être accueillis dans les métropoles françaises pour venir créer leur boîte en France. "

Axelle Lemaire explique ce que comprend ce programme ? "Ce n’est pas de la comm’. Derrière, il y a un visa pour le créateur d’entreprise et sa famille, un accompagnement administratif dédié, y compris pour des questions hors business comme la scolarisation des enfants, le logement. Il y a aussi un financement par projet d’entreprise et donc des fonds dédiés. En ce moment, entre Donald Trump aux Etats-Unis et le Brexit en Angleterre, la France s’affirme comme étant un pays d’accueil ouvert  l’égard des entrepreneurs étrangers : ce n’est pas anodin comme message politique".
 

Le French Tech Pass

"C’est toujours l’identification des start-up à plus forte croissance, dans les 50 meilleures, à qui on offres un accompagnement dédié"
 

Les bourses French Tech

"Ce sont des financements d’amorçage pour des centaines de start-up chaque année. La BPI a créé un fonds dédié : le French Tech Accélération. 200 millions d’euros vont dans des accélérateurs pour co-investir avec des fonds d’investissement privés. "
 

La Station F

"En mars, il y aura la station F, l’un des plus gros incubateurs français du monde. Ce sera un rendez-vous incontournable. C’est énormément porté par Niel, en effet. Mais on un partenariat, y compris sur le prix du mètre carré… Cela fait des mois que l’on travaille avec lui pour que les start-up French Tech soient présentes à la station F. Et tous les représentants des services publics de l’Etat seront là pour répondre en tenant des permanences pour les questions des start-up : consommation, propriété intellectuelle… C’est la première fois en France qu’on aura un accès direct aux services publics."

 

Et aussi :
"On a lancé l’alliance pour l’innovation ouverte, on a signé une charte avec tous les grands acteurs de la grande distribution (Boulanger, Darty, Venteprivée.com…) qui se sont engagés à mettre en avant des objets connectés de la French Tech. Ça a extrêmement bien marché !" De huit au lancement en octobre 2015, le nombre de marques d’enseignes signataires de cette charte est passé à quatorze en 2016.

 

Au-delà de la French Tech

"Et ça ce n’est que la French Tech", poursuit Axelle Lemaire. Crédit d’impôt recherche,  crédit d’impôt sur le statut de jeune entreprise innovante, crédit d’impôt innovation, Grande école du numérique, corporate venture pour l’amortissement fiscal des grands groupes qui investissent, actions gratuites, Compte PME innovation… La secrétaire d’Etat en charge du Numérique et de l’Innovation, détaille les nombre de dispositifs mis en place pour favoriser l’entreprenariat en France. Et d’ajouter : "C’est comme la France pour le Haut Débit, personne ne l’a en tête, mais  mine de rien les start-up qui font de la data à Montpellier ne peuvent pas le faire s’il n’y a pas de la fibre optique. Or, la France sera le pays le mieux connecté d’ici 5 ans, c’est un vrai plus pour les boîtes." "Tout cela aussi, c’est le bilan French Tech".

 

Ce qu'il reste à faire

Si elle ne pense plus être au gouvernnement l’année prochaine, Axelle Lemaire rappelle tout de même les projets en cours et encore à mener : "Ce qu’il reste à faire, c’est la French Tech Diversité". En février 2017, un programme dédié pour les entrepreneurs de la Tech dans les banlieues et pour les femmes sera lancé. "Il y aura des financements dédiés dans le cadre du programme des investissements d’avenir car ils ont besoin d’un coup de pouce supplémentaire, parce qu’ils sont sous représentés en France aujourd’hui et ce n’est pas normal."

Enfin, la Secrétaire d’Etat au Numérique et à l’innovation a mentionné la stratégie nationale sur l’intelligence artificielle (IA) qui devrait être lancée cette année,  en agrégeant tous les écosystèmes IA. "Le sujet du CES cette année, c’est l’A donc la France sera au rendez-vous juste après les Etats-Unis qui ont lancé leur stratégie en décembre. Je travaille avec Thierry Mandon sur le sujet : j’espère qu’en mars 2017 on sera prêt pour lancer quelques chose".

Dernier chantier : la transformation numérique des PME. "On a parlé beaucoup des grands groupes et des start-up mais 20% des entreprises en France sont innovantes. Et l’enjeu pour que tout le pays devienne un pays innovant est sur le ratio des 80%. Ce qui fait la différence aujourd’hui dans la mondialisation économique, c’est toutes les entreprises innovantes."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

MICHEL NIZON (@MichelNizon)

09/01/2017 16h56 - MICHEL NIZON (@MichelNizon)

Ce salon est naturellement composé de poids lourds de l’industrie mais aussi de figurants qui ignorent qu’ils jouent souvent le rôle de cons ou d’idiots utiles. Les premiers y signeront des contrats, les seconds recevront des centaines de cartes de visite, aussitôt remises que périmées, qu’ils pourront ramener en souvenirs avec leur award en chocolat.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale