Usine Digitale

"Notre Cognitive Graph apprend en même temps que l'utilisateur", explique la PDG de Declara

Par -

"Notre Cognitive Graph apprend en même temps que l'utilisateur", explique la PDG de Declara © D.R.

A lire sur le même sujet

Il y a quelques mois, L'Usine Digitale avait repéré la startup américaine Declara. Elle venait de lever 16 millions de dollars d'investissement afin de révolutionner l'apprentissage et le travail collaboratif. La fondatrice et PDG Ramona Pierson était présente à la conférence DataBeat à San Francisco, ce mardi 20 mai. Elle a bouleversé l'auditoire avec son histoire, étant la survivante  d'un accident de la route qui l'a plongée dans un coma de 18 mois dont elle est sortie, très abîmée, avant de se reconstruire petit à petit, et de fonder Declara pour révolutionner l'apprentissage. L'Usine Digitale l'a rencontrée à San Francisco.

L'Usine Digitale  - Comment votre expérience dans la neuro-science a-t-elle influencé le développement de Declara ?

Ramona Pierson - Nous avons construit toutes nos applications avec une idée bien spécifique en tête. Le Cognitive Graph est important car il comprend quand le contexte de l'apprentissage change, ce n'est pas un simple algorithme basé sur le passage d'un test. Il apprend en même temps que l'utilisateur. Il commence par regarder l'intention de ce dernier, et plus vous faites de recherches de mots clé sur le réseau, plus nous en apprenons sur ce que vous recherchez. Nous analysons vos interactions avec le contenu. Nous comprenons ce qui vous intéresse. C'est un outil très puissant qui permet de rassembler à la fois des données formelles et informelles, et nous tentons de combiner dans le Cognitive Graph l'intention et l'intérêt de l'utilisateur, afin d'augmenter le taux d'engagement de ce dernier.

Comment les entreprises peuvent-elles bénéficier de votre plate-forme?

Les entreprises pharmaceutiques comme Genentech, un de nos clients, sont très intéressées par notre produit car leurs équipes ont tout le temps besoin d'apprendre de nouvelles choses. Le développement des talents est aussi un de nos domaines de prédilection. L'entreprise Semex a commencé à nous utiliser pour cela, car si vous avez des milliers d'employés répartis sur plusieurs continents, il faut pouvoir adapter les méthodes d'apprentissage au sein de l'entreprise. Nous apprenons en même temps qu'eux.

Nous allons utiliser notre levée de fonds afin de recruter plus d'employés spécialisés dans le monde de l'entreprise. Nous avons recruté deux personnes pour cela au Brésil, où nous avons ouvert une branche, 10 au Mexique et 5 aux Etats-Unis. Au total, nous avons maintenant 100 employés.

Comment positionnez-vous Declara par rapport à d'autres réseaux sociaux privés d'entreprise, comme Yammer par exemple [racheté par Salesforce] ?

Les autres réseaux créent des compartiments, c'est vraiment difficile de trouver du contenu sur Yammer ou Jive par exemple, il n'y a pas d'intelligence derrière, c'est statique, un collaborateur doit aller vous chercher pour vous trouver. Nous avons créé un système intelligent qui vous fournit constamment des recommandations. Nous offrons aussi de la création de contenu, et des outils de création collaboratifs. Nous faisons de la curation de l'information. Le réseau change tout le temps.

Comment les big data influencent votre approche, et comment les utilisez-vous ?

Les big data augmentent notre capacité à faire grandir l'entreprise dans plusieurs pays. D'autres réseaux comme Yammer ou Jive n'utilisent pas de données analytiques. Ils sont focalisés sur des petites organisations. De notre côté, nous couvrons un large territoire géographique et brassons beaucoup de données dans une journée. Des "petites"données deviennent ainsi rapidement des "big data". Nous avons beaucoup d'analyses à faire autour du profil d'un utilisateur, et de nombreux ministères de gouvernements qui nous utilisent veulent comprendre comment leur population aborde l'apprentissage, et nous devons leur donner des réponses.

Nous devons nous assurer que le contenu est toujours accessible rapidement. Pour cela nous avons créé une infrastructure spécifique, similaire à celle de Facebook, qui fournit beaucoup de contenu très rapidement à beaucoup de gens. Nous avons beaucoup d'applications qui sont construites sur la plateforme, tout comme Facebook, et nous devons pouvoir distribuer tout ce contenu.

Propos recueillis par Nora Poggi

Partagez l’info :

Publicité

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus