Usine Digitale

"Nous aurions aimé sélectionner plus de 14 fablabs", regrette Arnaud Montebourg

Par -

"Nous aurions aimé sélectionner plus de 14 fablabs", regrette Arnaud Montebourg © D.R.

A lire sur le même sujet

Avec un fab lab, produisez près de chez vous !

L’avenir de l’industrie est-il dans l’open source ?

Adieu quartiers numériques, bonjour label French Tech

Suite à l’appel à projets lancé prévus dans la feuille de route numérique du gouvernement, 14 projets de Fablabs en France, sur les 154 dossiers soumis, seront financés par les investissements d’avenir.

C’est après une visite très attentive de l’école de design parisienne l’ENSCI-les Ateliers, qu’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, ont dévoilé les 14 projets de fablabs. Ces ateliers de fabrication numérique seront financés par "cœur de filière" (150 millions d’euros) du programme des investissements d’avenir.

Une enveloppe spécifique de 15 millions d’euros étant prévue à cet effet. Même si, dans les dernières déclarations de Fleur Pellerin, les fablabs s’inscrivaient aussi dans l’enveloppe des 200 millions d’euros prévus pour le développement des écosystèmes numériques labellisé French Tech.

Et pour être cohérent avec la politique visant à favoriser les initiatives d’accélération de croissance des start-up innovantes, "le principal critère de sélection des projets des fablab a porté sur les actions prévues en direction des entreprises", a précisé Fleur Pellerin. Clos le 13 septembre, l’appel à projets lancé par la DGCIS  a reçu 154 dossiers provenant de 23 régions. 70 % hors Ile de France. Pour l’instant seuls 14 projets seront donc financés, avec des enveloppes de l’ordre de 1 million d’euros.

"Nous aurions aimé sélectionner plus de 14 fablabs", a regretté Arnaud Montebourg, persuadé que ces ateliers numériques sont effectivement un outil efficace de construction des industries de demain, parce qu’ils permettent aux entreprises de se rapprocher des consommateurs. "Le consommateur ne se contente plus de désirer un produit. Il veut être partie prenante de ce qu’il consomme. Et les industriels ont bien compris ce qui se tramait là", a déclaré le ministre du Redressement productif. On veut le croire.

Aurélie Barbaux

Ont donc été retenus :

Toulouse FablabPro porté par l’association Artilec,

Fablab Rennes Métropole, porté par l’Association BUG,

Ecolab Côte d’azur, porté par l’entreprise Tradmatik,

Fabmake, porté par l’IRT Jules Vernes, à Nantes,

Usine à Paris, porté par l’entreprise Usine IO,

MancheLab, porté par le syndicat mixte Manche Numérique,

Poblab à Brioude et Vic-sur-Cère (Haute-Loire), porté par l’entreprise Pbrun,

Fablab Calais, porté par l’association DojoChannel Club

Fablab Orleans, porté par Orléans Val de Loire Technolpole

ICI Montreuil, porté par la société coopérative d’intérêt collectif Made In Montreuil

zBis, en Vendée, porté par l’entreprise SC21

Fablab Val de Drôme, porté par entreprises Barthelemy Art

Smart Matérials, porté par l’université de Reims Champagne-Ardennes (Institut de Formation supérieur-IFTS)

Le Fabclub, porté par l’entreprise Avro- Tech – le Fabshop, avec l’ENSCI et Techshop.

 

Partagez l’info :

Publicité

3 réactions

fablab calais

Le 14/12/2013 à 00h16

Petite erreur : Suite à un désaccord entre les deux associés, la société qui se cache derrière l’association qui porte Fablab Calais a été renommée « Tektos » il y a quelques mois, et donc l’association également : « Tektos Business Club »

gregoire

Le 14/12/2013 à 10h59

Pouvez-vous confirmer vos chiffres ? L'appel à projet dotait chaque projet d'une aide de 50 000 a 200 000 euros et vous semblez évoquer un financement de l'ordre du million d'euros pour chaque projet. Merci d'avance de vos précisions. Gregoire

BP01

Le 18/12/2013 à 07h35

Comme Grégoire nous avons été surpris par ce choix et par le montant des aides accordées. Dans l'appel à projet, au paragraphe 3.2-6 Aide sollicitée, il est indiqué : La subvention sollicitée dans le cadre du présent appel à projets doit être comprise entre 50 k€ et 200 k€. Les 14 projets retenus représentent 15 M€, soit une enveloppe moyenne de plus d'1 M€ par projet !!! Nous sommes une entreprise industrielle présente depuis de nombreuses années sur le secteur de la fabrication additive, nous avons choisi d'utiliser des machines réalisées par le seul fabriquant français ( devenu désormais américain !!!), pour poursuivre notre développement nous avions répondu à cet appel en demandant " seulement "une subvention de 200 000 €. Notre projet était viable puisque dans la suite logique de notre progression économique et de nos créations d'emplois. Nous ne comprenons absolument ce choix qui ne va absolument pas dans l'objectif de développement de la fabrication numérique. Il y avait 150 dossiers déposés, et 15 Millions de subventions accordés. Pour la majorité des 150 entrepreneurs,le versement de 100K€ à chacun des porteurs de projets aurait certainement été plus efficace qu'une sélection réductrice

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les plus lus de la rubrique «Numérique»

Les autres actualités de la rubrique «Numérique»

Focus