Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"Nous reviendrons produire nos objets connectés en Europe pour innover plus et plus vite", assure Eric Carreel

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Eric Carreel, président de Withings et chef de file du plan industriel "Objets connectés", répond à Rafi Haladjian. Lors des Tech Days de Microsoft, le patron-fondateur de Sen.se s'est montré sceptique quant à la création d’une filière de production d’objets connectés en France. Selon lui, les créateurs de ces produits n’auront d’autre choix que de les fabriquer en Chine. Pas seulement pour des questions de coût. Eric Carreel ne partage que partiellement son point de vue et l'expose dans un tribune pour L'Usine Digitale.

Nous reviendrons produire nos objets connectés en Europe pour innover plus et plus vite, assure Eric Carreel
"Nous reviendrons produire nos objets connectés en Europe pour innover plus et plus vite", assure Eric Carreel

Je partage le début de l'avis de Rafi Haladjian : on va d'abord en Chine parce que c'est moins cher. Et, jusqu'ici, on y reste pour des questions de réactivité. Mais je suis convaincu que nous reviendrons produire près de chez nous pour innover plus et plus vite.

Lire notre article "Tous les objets connectés seront fabriqués en Chine", selon Rafi Haladjian

Supposer que des objets connectés seront conçus ici et tous fabriqués en Chine revient à considérer que l'innovation peut se compartimenter. Et l'histoire nous a montré que l'innovation casse les murs qui structuraient une industrie dans sa phase précédente.

L'horlogerie suisse a été sauvée par sa capacité à se différencier par la qualité et l'innovation, rendues possibles grâce à un eco-système comprenant tous les métiers de l'horlogerie, de la métallurgie au silicium en passant par l'industrie du quartz, des piles ou des assemblages en boiter plastique. Cette compétence locale a permis la mise au point et l'introduction d'innovations de rupture plus rapidement que chez les concurrents dispersés. C'est grâce à cette compétence locale revitalisée que la Suisse a su gagner sur un marché devenu global.

De même, dans le petit électroménager, Seb a installé ses laboratoires au cœur de ses usines françaises. La proximité entre les activités de production et de conception a permis au groupe de développer des produits très innovants ces dernières années. Ils ont connu un succès international.

La filière des objets connectés a d'abord innové en apportant la connexion. Mais ce n'était qu'une première étape. Cette connexion au réseau va entraîner, pour ces objets, des innovations  plus profondes qui ne sortiront pas uniquement des laboratoires de conception ou du logiciel mais aussi de la maîtrise des matériaux et donc de la production.

C'est pourquoi je pense que la filière des objets connectés française ne pourra continuer à innover et à garder une bonne structure de marge qu'à la condition de savoir recréer localement un tissu d'entreprises innovantes, tissu qui comprend la production mécanique, la production électronique, les capacités d'industrialisation et la conception.

Si nous osons le croire, peut-être que cela se produira !

Eric Carreel

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale