Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[NRF 2017] Première percée de la FrenchTech au salon mondial de l’innovation retail

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour la première fois cette année, Business France a emmené 10 start-up françaises au Retail's BIG Show. Et ce n'est qu'un début ! Voici comment la French Tech entend gonfler sa présence physique pour s'imposer sur la scène mondiale de l'innovation retail.

Première percée de la FrenchTech au salon mondial de l’innovation retail
La 106ème édition du Retail's BIG Show de la NRF, se tient à New York du 15 au 17 janvier 2017. © Juliette Raynal / L'Usine Digitale

Ecrans géants, stands à perte de vue, démonstrations, conférences, pitchs de start-up… Difficile de se repérer dans les allées du Javits Center. Le temps de quelques jours, du 15 au 17 janvier, le centre de conférence, situé en plein cœur de Manhattan à New York, se transforme en véritable temple de la distribution, à l’occasion du Retail’s BIG Show organisé par la NRF.

 

Un premier stand FrenchTech à la NRF

La manifestation est à l’image de son pays d’accueil : tous les dispositifs sont déployés en version XXL. Au premier étage du bâtiment, plus de 1100 professionnels exposent leur solution.  A l’emplacement 604, le stand de la FrenchTech tente de tirer son épingle du jeu. L’espace ne fait que 10 mètres carrés pour accueillir 10 start-up, mais sa présence constitue déjà une avancée significative. "Il y a quelques années, nous avions organisé des visites guidées, des rencontres avec les acteurs américains, mais c’est la toute première fois que nous exposons et que nous amenons avec nous des start-up", confie Eric Morand, chef du département Tech et Services de Business France.

 

Pourquoi avoir attendu la 106ème édition pour exposer ? "Le Retail’s BIG Show existe depuis plus de 100 ans. C’est le rendez-vous mondial du retail et il est très difficile d’obtenir un espace pour pouvoir avoir son propre stand", explique Eric Morand, et de poursuivre : "C’est une première modeste, mais cela nous permet de donner une présence physique à la France. Il faut voir la NRF 2017 comme une édition de transition. Nous espérons avoir un espace plus grand l’année prochaine". Et pour cause, la conférence organisée par la fédération américaine du commerce est devenue l’événement incontournable de l’innovation retail.

 

Des start-up moins médiatisées, mais plus matures 

Les start-up tricolores sont-elles aussi dynamiques dans le retail que dans l’Internet des objets ? Eric Morand en est convaincu, même s’il reconnaît que les pépites de la distribution bénéficient d’une couverture médiatique moins importante. "Les start-up de l’industrie du retail se positionnent d’avantage sur un marché B2B. Elles font donc moins parler d’elles que les start-up de l’IoT qui s’adressent au grand public et qui vont, par exemple, au CES pour gagner en visibilité. Nous avons moins de start-up spécialisées dans le retail, mais elles sont aussi beaucoup plus matures", précise-t-il. D’ailleurs, parmi les 10 start-up sélectionnées par Business France pour exposer au salon, plus de la moitié font déjà partie du programme Pass Ticket, qui s’adresse aux start-up qui combinent produit ou service innovant, chiffre d’affaires substantiel et hyper-croissance.

 

Sur place, les dix entreprises sélectionnées peuvent donc, en alternance, exposer leur solution et bénéficier de services supplémentaires. "Notre équipe présente à New York a organisé un webinar pour leur présenter les spécificités du marché du retail américain et leur ont aussi organisé des rendez-vous avec des grands comptes américains", précise Eric Morand. Ces mises en relation s’effectuent directement sur le salon, mais également à l’occasion de rencontres informelles, comme à la soirée NRFrench Party, organisée dimanche 15 janvier au consulat de France. "Assez paradoxalement, l’événement est aussi l’occasion pour nos start-up de rencontrer des grands groupes français. C’est très courant sur ce genre de salon. On observe la même chose au CES. Sur place, les représentants des grands groupes sont plus accessibles qu’en France et complètement disponibles", assure Eric Morand. 

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale