Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Orme passe de la vision industrielle à l'e-santé... avant d'attaquer la smarthome

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Le bureau d'études Orme, reconnu dans les milieux de l'aéronautique, de la défense, du spatial et de l'automobile pour ses outils d'analyse d'essais, se lance dans une diversification avec un nouveau capteur de chutes dédié à la surveillance de nuit de personnes âgées.

Orme passe de la vision industrielle à l'e-santé... avant d'attaquer la smarthome
Orme passe de la vision industrielle à l'e-santé... avant d'attaquer la smarthome © orme

Depuis sa création en 1996, par deux ingénieurs de l'aéronautique, la société Orme, basée à Labège, dans l'agglomération toulousaine, a tracé son chemin dans le secteur très pointu du signal et de l'image. Spécialiste de la vision industrielle et des systèmes d'acquisition et d'analyse des signaux, le bureau d'études développe des produits logiciels et des systèmes sur mesure pour les bancs d'essais, principalement pour l'aéronautique (analyse des essais sur les prototypes de turboréacteurs), mais aussi la défense, le spatial ou encore l'automobile. Son logiciel Trackimage, d'analyse automatique de séquences d'images, s'est ainsi imposé dans le domaine des crash tests automobiles.

 

De l'aéronautique à la e-santé

"C'est notre savoir-faire dans l'analyse de mouvements qui a orienté vers nous des acteurs du secteur de la santé", explique Luc Oriat. Des directeurs d'Ehpad (Etablissements d'hébergement de personnes âgées dépendantes) expriment régulièrement leurs besoins en matière de surveillance de leurs patients. Mais attention : pas question d'installer des caméras vidéos dans les chambres. Ce serait beaucoup trop intrusif. Alors, Orme a trouvé la solution : le choix technologique ce porte sur un capteur de profondeur dans l'infrarouge. Une solution particulièrement adaptée à la surveillance de nuit.

 

Essais concluants

Après deux ans de R&D et une collaboration active avec un laboratoire toulousain du CNRS, le Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des Systèmes (LAAS), un capteur de mouvements, capable de détecter les chutes, même les plus lentes, a été développé. Pour un test en grandeur nature, une dizaine de chambres ont été équipées dans une résidence pour personnes âgées à Sainte-Foy-d'Aigrefeuille, à quelques kilomètres au Sud-Est de Toulouse. Essai concluant, le produit passe maintenant à la phase commerciale.

 

Tripler le chiffre d'affaires

Une nouvelle aventure pour Orme. Le marché ciblé est considérable. "On estime à 700 000 le nombre de lits en Ehpad, rien qu'en France", souligne Luc Oriat. Pour 2016, la société compte équiper une dizaine d'établissements. L'objectif à trois ans est de réaliser 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires avec cette nouvelle activité. Un volume d'affaires important pour le bureau d'études qui réalisait jusqu'à présent à peine 1 million d'euros de chiffre d'affaires annuel.

 

et demain la smarthome

Et déjà, de nouvelles applications sont à l'étude. Ce capteur de chutes pourrait bientôt être adapté à l'environnement de la maison, pour de la surveillance de personnes âgées dans le cadre du maintien à domicile. Un nouveau programme de R&D vient d'être lancé dans ce sens, en partenariat avec la société Synox, basée à Balma (Haute-Garonne) et Montpellier (Hérault), spécialisée dans l'internet des objets et avec le soutien financier du conseil régional Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et de l'Europe (via des fonds Feder).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale